BFMTV

Condamnation à mort d'Atlaoui: "je lui ai annoncé ce matin", confie sa femme

Mardi, la Cour suprême indonésienne a confirmé la condamnation à mort du Français Serge Atlaoui, pour trafic de drogue. Même si l'issue semble désormais inévitable, sa famille garde espoir, et appelle à la mobilisation. Depuis l'Indonésie, l'épouse du condamné, Sabine Atlaoui, a assuré sur BFMTV que le "combat" se poursuit.

L'exécution de Serge Atlaoui pourrait bien ne plus être qu'une question de jours. Dix ans après son arrestation dans la banlieue de Jakarta, ce Français de 51 ans, condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue, a vu son ultime recours rejeté, mardi, par la Cour suprême du pays. Incarcéré sur place depuis son interpellation, Serge Atlaoui risque d'être fusillé dans les prochaines semaines, et de devenir ainsi le premier Français à être exécuté depuis près de 40 ans.

"La peine de mort se combat"

Présente sur place, en Indonésie, l'épouse de Serge Atlaoui a indiqué ce mercredi matin sur BFMTV avoir informé son époux de la décision de la Cour suprême dans la matinée. "C'est seulement ce matin que mon mari a pu apprendre la nouvelle", a-t-elle confié. 

Malgré la situation dramatique, Sabine Atlaoui ne perd pas espoir. "On a toujours gardé espoir et on va garder espoir. Les juges ont décidé, nous on n'a pas encore décidé que c'était fini", a-t-elle ainsi lancé mardi sur RTL, après avoir appelé la présidence indonésienne à gracier son mari.

"Je demande à ce que l'Union européenne intervienne, qu'elle soit aussi là pour aider à sauver mon mari du peloton d'exécution", a par ailleurs imploré Sabine Atlaoui sur BFMTV. "Il faut garder espoir, il est hors de question que l'on arrête ce combat. Une injustice se combat et la peine de mort se combat", a-t-elle ajouté ce mercredi matin, précisant n'avoir "aucune notion de temps". Et de conclure: "Tout peut arriver".

"Serge est très combatif"

A l'annonce de ce rejet, mardi, la famille de Serge Atlaoui a imploré la France et l'Union européenne de "mettre tout en oeuvre" pour le sauver. Mardi soir, le frère du condamné, André Atlaoui, a confié sur BFMTV, garder espoir.

"Serge est très combatif. Il a encore peut-être énormément d'espoir qu'il garde. Nous avons encore cet espoir, nous aussi", a ainsi réagi André Atlaoui. "Nous sommes véritablement là pour lancer un appel à la mobilisation nationale qui est vraiment important aujourd'hui, aussi bien au président de la République, à la communauté européenne et aux citoyens français. Il faut bien savoir qu'il y a un Français condamné à mort en Indonésie. Et comme le dit si bien Serge, l'espoir, c'est la différence entre la vie et la mort", a-t-il poursuivi. 

"Les choses deviennent peut-être imminentes"

Interrogé à nouveau ce mercredi matin sur notre antenne, André Atlaoui s'est montré inquiet. "Nous n'avons pas encore eu de signe des autorités françaises", a indiqué André Atlaoui. "Les choses deviennent, malheureusement, on peut le dire, peut-être imminentes, et nous sommes préoccupés par cette situation. Il est donc important de rappeler que Serge est condamné à mort en Indonésie, et qu'aujourd'hui, on a besoin de l'aide de tout le monde pour lui venir en aide, dans l'extrême urgence", a-t-il insisté.

Fabius espère un "geste de clémence"

Mardi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a indiqué de son côté que la France "continue à espérer un geste de clémence" de la part des autorités indonésiennes. Le ministre des Affaires étrangères a par ailleurs averti qu'une exécution de Serge Atlaoui aurait des "conséquences" sur les relations bilatérales.

"Ce qui nous choque dans cette affaire, c'est bien évidemment le sort de notre compatriote, mais aussi le fait que tout le monde reconnaît qu'il n'a joué qu'un rôle mineur, à supposer qu'il ait joué un rôle, et que ceux qui dirigeaient cette affaire de drogue, qui étaient des Indonésiens, n'ont pas été condamnés à la même peine", a poursuivi Laurent Fabius.