BFMTV

Tout comprendre au shutdown, la crise qui paralyse les Etats-Unis

-

- - SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

ECLAIRAGE - Le Sénat américain doit tenter jeudi de s'accorder sur un texte mettant fin au shutdown, la fermeture partielle de l'administration fédérale faute de financement du Congrès qui est entrée mardi dans son second mois. Mais concrètement, c'est quoi le shutdown? Les explications de notre correspondant à Washington.
  • Quelles conséquences pour les fonctionnaires?

800.000 fonctionnaires ne perçoivent plus leur salaire. Ils sont soit au chômage technique, soit obligés de travailler sans être payés. Ils récupéreront tous leurs salaires en retard à la fin de la crise.

Cela concerne 30% des fonctionnaires fédéraux, 4% de l'ensemble des fonctionnaires américains. Les plus modestes étant dans une situation précaire, un vaste mouvement de solidarité se met en place. Les opérateurs de téléphone et les fournisseurs d'accès à Internet décident de retarder les factures. Les remboursements des prêts bancaires sont repoussés. Les propriétaires sont invités à faire crédit à leurs locataires fonctionnaires.

Des distributions de nourriture sont organisées. Seule conséquence visible du shutdown, elles ont le soutien appuyé des dirigeants démocrates qui veulent souligner la responsabilité de Donald Trump dans la crise. Dans les files d’attente de ces banques alimentaires les médias relaient l'inquiétude de certains fonctionnaires. Aucun ne paraît aujourd’hui dans une situation désespérée mais tous redoutent que la situation perdure. Certains envisagent de démissionner et de profiter du plein emploi pour trouver un autre job.

  • Quelles conséquences pour les sous-traitants?

Beaucoup plus inquiétant que celui des fonctionnaires, le sort des sous-traitants et autres fournisseurs. Par exemple le restaurant ou la sandwicherie en bas du ministère. Ou les pêcheurs en Alaska qui attendent un permis. Pour eux c'est une perte sèche. lls ne seront pas payés à la fin de la crise. On estime l'impact du shutdown aujourd'hui à 0,5% de croissance en moins. 

  • Quelles conséquences dans les services publics?
  1. les services publics fonctionnent. Train, métro, écoles, poste, ramassage des ordures... tout fonctionne.
  2. les responsables des services de sécurité (FBI, gardes-côtes, contrôleurs aériens, prisons...) estiment que si le shutdown continue cela pourrait affecter la sécurité des Américains. Aucun incident à signaler à ce jour et pas de files d’attente particulière dans les aéroports. Pour l’instant.
  3. certains musées sont fermés à Washington, certains parcs nationaux dans le reste du pays
  4. on ne peut plus se marier pour l'instant dans la seule ville de Washington

a qui la faute ?

Dans les plus mauvais divorces, il arrive que les parents prennent les enfants en otage. C'est exactement ce qui se passe au niveau de l'État fédéral américain. Le président et le Congrès ont la garde partagée des finances du pays, la responsabilité partagée du Budget de l'État. Le président propose et le Congrès vote le Budget. Et pour être sûr que tout le monde soit bien d'accord on a décidé que le Budget devait être voté par au moins 60 Sénateurs. Sachant que le Sénat est toujours partagé à plus ou moins 50/50 cela veut dire qu'il faut chercher des COMPROMIS.

Or Papa Trump et Maman Congrès sont incapables aujourd'hui de trouver le moinde compromis. Au moment de voter une partie du Budget, Trump exige que le Congrès prévoie une enveloppe de 5,7 milliards de dollars pour le mur à la frontière. Ses amis républicains sont d'accord. Mais les démocrates, dont certaines voix sont indispensables pour arriver à 60, refusent. C'est l'impasse. On n'arrive pas à voter. Il n'y a pas de nouveau Budget. Pas d'argent pour assurer les dépenses de l'État notamment le salaire de 800.000 fonctionnaires. Les parents n'arrivent pas à se mettre d'accord. Ce sont les enfants qui trinquent.

Tout cela est évidemment éminemment politique. Comme dans un couple d'amis qui divorce, essayons de ne pas prendre partie et de présenter les arguments des deux côtés :

  • Trump estime qu'il a été élu président en promettant un mur. Il est anormal que le Congrès s'oppose à la volonté des électeurs. D'autant que 5,7 milliards c'est une goutte d'eau dans le Budget de l'Etat. Le shutdown a lui seul a déjà coûté plus de 7 milliards. Trump se dit aussi qu'il commence une période de cohabitation avec les démocrates qui ont pris en novembre la Chambre des représentants. Ça va durer deux ans. La cohabitation ne va pas être facile, autant montrer ses muscles d'entrée.
  • Les démocrates estiment qu'ils ont eux aussi le soutien des électeurs qui viennent de leur confier la Chambre des représentants (le Sénat est resté républicain). Ils considèrent que le projet de mur n'a aucun sens. Un mur c'est immoral et surtout c'est inefficace, chacun sait que tous les trafics passent par les postes frontières. Pas question de céder au chantage de Trump. Et bien expliquer que c'est lui et lui seul qui est responsable du shutdown en espérant que son entêtement lui coûtera sa réélection en 2020.
Jean-Bernard Cadier, correspondant de BFMTV à Washington