BFMTV

Les confessions de Jill Harth, celle qui accuse Donald Trump de "tentative de viol" 

Jill Harth à New-York City en 2012.

Jill Harth à New-York City en 2012. - LARRY BUSACCA - GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

Une ancienne collaboratrice de Donald Trump accuse le candidat républicain de tentative de viol. 20 ans après les faits présumés, elle a décidé de sortir du silence dans une interview donnée au journal Le Guardian.

Elle avait déjà dressé un portrait peu flatteur du personnage. Aujourd'hui elle va encore plus loin: Jill Harth, une ancienne collaboratrice de Donald Trump, accuse le candidat républicain à la présidentielle américaine de tentative de viol. 20 ans après les faits, elle a décidé de sortir du silence dans une interview donnée le 20 juillet au journal Le Guardian.

"Poussée", "tripotée"

Sa plainte d'avril 1997 publiée par le quotidien britannique témoigne de comportements déplacés de la part de Donald Trump alors qu'elle organisait un concours de beauté sponsorisé par la fortune de l'homme d'affaires américain. Dans cette interview, la jeune femme raconte:

"Il m'a poussée contre le mur, m'a tripotée et a essayé de retirer ma robe. (...) Il savait que j'étais en couple avec George, il savait qu'il y avait des gens dans la pièce d'à côté. Comment a-t-il pu faire cela alors que j'étais là pour les affaires?"

Outrée, Jill Harth le repousse mais Donald Trump continue de la harceler, essayant même de la convaincre de quitter son compagnon de l'époque. La maquilleuse professionnelle retire finalement sa plainte quelques jours plus tard, lui pardonnant et promettant de ne jamais dire mot du comportement de son collaborateur. 

"Vous n'êtes pas obligés de me croire mais j'ai vécu l'enfer"

Jill Harth dit avoir longuement hésité avant de témoigner. Mais un article du New York Times de mai 2016 sur les relations de Trump avec les femmes dans lequel elle décrit le comportement de son ancien collaborateur l'a poussée à aller plus loin. Lorsque Ivanka, la fille de Donald Trump qui avait dix ans lors des faits présumés, affirme publiquement que "son père n'est pas un tripoteur", c'en est trop. Elle se confie:

"Personne ne me défendait, c'est la raison pour laquelle je parle aujourd'hui. Vous n'êtes pas obligés de me croire mais j'ai vécu l'enfer et je dois revivre ce calvaire."

Ce à quoi le vice-président exécutif et avocat de Donald Trump a répondu par courriel au journal britannique:

Trump se défend, et s'appuie sur des e-mails

"Il est décourageant de devoir répondre à une requête aussi absurde. M. Trump nie chaque déclaration faite par Madame Harth et ces accusations vieilles de 24 ans manquent de véracité. Le porte-parole de M. Trump vous fera parvenir dans un courrier séparé, une série d'e-mails prouvant le soutien de Mme Harth de M. Trump dans la course à la Maison Blanche, ainsi que la recherche d'emploi au sein de la campagne."

Des mails, qui, selon Jill Harth, datent de plusieurs mois avant que Donald Trump ne remette en question sa parole. Accusée de mentir, Jill Harth engage alors son actuelle avocate, Lisa Bloom. Son ancien compagnon George Houraney dit n'avoir aucun doute sur la véracité des propos de son ex-compagne.

Le 20 juillet 2016, Donald Trump a officiellement été désigné comme candidat pour la Maison Blanche.

J.B