BFMTV

Une texane poursuit un site de "vengeance porno"

Voici l'une des photos - tronquée - que la jeune texane a découverte sur le site porno.

Voici l'une des photos - tronquée - que la jeune texane a découverte sur le site porno. - -

Le site permet à des hommes qui souhaitent se venger de leurs ex-petites amies de poster des photos sexuellement explicites.

Hollie Toups, 32 ans, une modeste enseignante de la ville de Beaumont au Texas, ne s’attendait pas à devenir une pornstar malgré elle.

Prostrée, la jeune femme a littéralement "cessé de respirer" lorsqu’elle a découvert des photos d’elle à moitié nue sur le site Texxxan.com. Les clichés, explicites, étaient accompagnés de renseignements personnels permettant aisément de l'identifier.

Le site, qui se défini comme un site "porno de vengeance", permet à des hommes qui souhaitent "punir" leurs ex-petites amies de publier des photos prises dans l'intimité.

Payer pour retirer les photos

C’est l'un de ses amis qui l'a informée que des photos d’elle dénudée circulaient sur le site pornographique. Elle alors découvert horrifiée que des photos d’une douzaine d’autres jeunes femmes de sa connaissance avaient été postées -illégalement- sur ce site.

Hollie Toups a expliqué au Wall Street Journal, qui a révélé l'affaire, avoir envoyé ces photos à un petit ami plusieurs années auparavant. Mais elle a décidé de ne pas le poursuivre, ne sachant pas comment ces photos ont pu atterrir sur ce site.

Vingt-cinq femmes texanes se sont donc associées à elle pour porter l’affaire devant les tribunaux. Les victimes ont déposé une plainte le 18 janvier contre le site et son propriétaire, qui possède une adresse fictive à Richardson, Texas. Elles affirment que le site a refusé de retirer les photos incriminées, si elles ne s’acquittaient pas d’un supplément. "J’ai trouvé cela scandaleux", a déclaré Hollie Toups. Les victimes ont également attaqué l’hébergeur du site, GoDaddy.com

Une pratique en augmentation

Selon des experts judiciaires cités par le Wall Street Journal, retrouver les exploitants du site incriminé risque d’être très compliqué. La loi fédérale offre en effet une solide protection aux sites qui publient des photos pornographiques postées par des particuliers.

Il semblerait que ces pratiques se multiplient aux Etats-Unis. Les victimes sont souvent des femmes, dont d’anciens amants décident de se venger. Mais les auteurs de ces méfaits sont parfois simplement des pirates informatiques. D’autant qu’il n’est pas rare de trouver des photos dénudées de jeunes femmes un peu insouciantes sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux.

CBS News a diffusé le témoignage de la jeune victime :