BFMTV

Trump étale quatre affaires d'agression sexuelle contre Bill Clinton avant le débat 

Avant de débattre avec sa rivale Hillary Clinton, dimanche soir, Donald Trump a improvisé une conférence de presse avec quatre femmes accusant Bill Clinton d'agression sexuelle.

Il a choisi de lâcher la bombe à quelques instants du début du deuxième débat présidentiel. Dimanche soir, avant de retrouver Hillary Clinton à l'université George Washington de Saint Louis, dans le Missouri, pour un nouveau face-à-face, Donald Trump a organisé une conférence de presse un peu particulière. 

Le candidat républicain est en effet apparu entouré de quatre femmes accusant l'ancien président Bill Clinton d'agression sexuelle. Une réunion organisée dans l'urgence, presque improvisée, comme en a témoigné la piètre qualité de l'image.

Retransmission sur Facebook

Quatre-vingt dix minutes avant le lancement du débat, Paula Jones, Kathleen Willey, Kathy Shelton, Juanita Broaddrick, se sont ainsi présentées à la presse dans une salle d'un hôtel de Saint Louis, aux côtés de Donald Trump.

La réunion, avec quelques journalistes et beaucoup de partisans, avait été convoquée à la hâte dans une manoeuvre politique totalement inédite, et retransmise en direct sur Facebook par la campagne du candidat républicain

"Bill Clinton m'a violée"

"Donald Trump a peut-être dit des grossièretés, mais Bill Clinton m'a violée et Hillary Clinton m'a menacée", a lâché Juanita Broaddrick, dont le témoignage avait déjà été relayé par le candidat républicain au cours du week-end.

Deux autres de ces femmes accusent Bill Clinton d'agression sexuelle. La quatrième, Kathy Shelton, en veut à Hillary Clinton d'avoir fait libérer son violeur présumé lorsqu'elle était avocate. L'une de ces affaires visant l'ex-président américain a été classée contre une grosse somme d'argent. Dans aucune d'entre elles, il n'a été condamné.

Les traits tirés, les quatre accusatrices sont ensuite allées s'installer dans la salle pour assister au débat présidentiel, invitées personnelles de Donald Trump. Une présence que le milliardaire n'a pas manqué de souligner, au bout de dix minutes de débat, lorsqu'il a accusé Bill Clinton d'avoir "abusé" des femmes

Adrienne Sigel, avec agences