BFMTV

Etats-Unis: depuis 13 ans, des prisonniers libérés plus tôt à cause d'un bug informatique

En moyenne, les prisonniers sortaient 49 jours avant le terme de leur peine.

En moyenne, les prisonniers sortaient 49 jours avant le terme de leur peine. - Sara D. Davis - AFP

Plus de 3.200 prisonniers américains ont bénéficié d'une libération anticipée dans l'Etat de Washington à cause d'une erreur dans le logiciel de calcul des remises en liberté.

Jusqu'à près de deux ans de gagnés. Des prisonniers américains de l'Etat de Washington, dans le nord-est des Etats-Unis, ont été libérés en avance par rapport à la date prévue. En cause: un bug informatique dans le logiciel qui calcule les remises de peine. Une erreur qui n'a rien d'anodine puisque la situation durait depuis 13 ans. Au total, 3.200 détenus en ont bénéficié.

Le logiciel de calcul des remises de peine avait été installé en 2002 dans l'Etat de Washington, après qu'une décision de justice de la Cour suprême avait été prise pour permettre l'intégration des crédits obtenus par les prisonniers pour bonne conduite, raconte la BBC. A l'époque, l'administration pénitentiaire assurait que de nombreuses personnes devraient retourner en prison pour terminer leur peine.

49 jours en moyenne de gagnés pour les prisonniers

Dans les faits, c'est l'inverse qui s'est produit. Ainsi, au moment de la mise en marche du logiciel, une erreur de programmation a été commise. Depuis 13 ans, donc, les prisonniers sortaient en moyenne 49 jours avant le terme officiel de leur peine. L'un d'entre eux a même pu quitter sa cellule 600 jours avant d'avoir payé sa dette à la société.

L'erreur a été mise en évidence en 2012 lorsque la famille d'une victime s'est rendue compte que le coupable sortait plus tôt de prison que prévu. A cette époque, l'affaire n'avait pas été prise au sérieux, jusqu'à l'arrivée d'un nouveau patron au Département de la Justice dans l'Etat de Washington. 

Cinq ex-prisonniers de retour en prison

"Que l'on ait permis à ce problème de persister pendant 13 ans est pour moi désolant", reconnaît Jay Inslee, le gouverneur de l'Etat. "C'est totalement inacceptable et cela me met réellement en colère". Une mise à jour du logiciel est alors prévue pour le 7 janvier prochain. D'ici à cette date, aucun prisonnier du comté ne sera libéré sans qu'une vérification manuelle soit effectuée par les autorités.

Les policiers tentent pour leur part de mettre la main sur des prisonniers qui ont bénéficié du bug. Cinq d'entre eux ont déjà regagné leur cellule.

J.C.