BFMTV
États-Unis

Cleveland: Michelle Knight "pardonne" Ariel Castro, son tortionnaire

Michelle Knight, ex-détenue de Cleveland.

Michelle Knight, ex-détenue de Cleveland. - -

Elle a passé onze ans séquestrée dans une maison de Cleveland. Michelle Knight, l'une des jeunes femmes enlevées par Ariel Castro, raconte son histoire dans un livre. BFMTV l'a rencontrée.

Michelle Knight a vécu l'enfer pendant onze ans. Avec deux autres jeunes femmes, Amanda Berry et Gina DeJesus, elle a été séquestrée dans une maison de Cleveland par Ariel Castro. Pendant onze ans, Michelle Knight a vécu attachée la plupart du temps. Elle a également été violée et frappée par Castro, mort en prison en octobre dernier.

Aujourd'hui, la jeune femme s'est reconstruite. Elle suit des cours pour devenir cuisinière, écrit des poèmes et des chansons. Son rêve est de devenir chef et d'ouvrir son propre restaurant. Michelle Knight publie un livre, intitulé Traverser l'enfer et croire encore au paradis, aux éditions Michel Lafon, dans lequel elle raconte son calvaire. BFMTV l'a rencontrée à l'occasion de son passage à Paris. Interview.

Qu'est-ce qui est le plus compliqué dans le processus de rétablissement?

C’est d’en reparler. Vous savez, c’est très difficile de repenser à tout ce que vous avez traversé. C’est un processus très compliqué.

Ce que vous avez vécu vous revient-il?

Cela revient, mais j'essaie de ne pas le laisser revenir. Je le comprends mieux maintenant qu'auparavant. Tout arrive pour une raison. Peu importe si c'est dur. J'ai réussi à me dire que la situation ne m'avait pas changée. J'ai pu pardonner. Je ne dis pas que ce qu'il a fait est bien. Ce qu'il a fait est très mal. Mais j'ai dû lui pardonner pour guérir.

Quels ont été les pires moments de votre séquestration?

Pour être honnête, chaque jour de cette torture était le pire. Ca ne devenait jamais mieux ou jamais plus facile. Les journées étaient tellement longues... que je voulais juste en finir.

Quelles sont vos relations avec votre famille aujourd'hui?

C'est une relation compliquée, une relation d'amour et de haine. Je les aime, mais je déteste ce qu'ils m'ont fait. Mais je leur pardonne. J'ai eu une enfance traumatisante. On a abusé de moi sexuellement, j'ai grandi dans une maison pauvre. C'est ce qui m'a aidée à gérer la situation à laquelle j'ai été confrontée. Aujourd'hui, je ne vois plus ma famille.

Dans votre livre, vous racontez le jour de votre libération...

Ca a été une journée chaotique. Je ne savais pas que nous étions sauvées. Je pensais que quelqu'un était en train d'entrer par effraction dans la maison. Donc mes amies et moi, avons décidé de nous cacher. Puis, lentement mais sûrement, j'ai décidé d'entrebailler la porte et de regarder en faisant très attention. Après avoir entendu la police une dizaine de fois, puis la radio de la police, je suis sortie en courant et j'ai attrapé une femme par le col. Je lui ai fait la peur de sa vie!

Je me suis aggripée à elle en disant, "s'il vous plaît ne me laissez pas, s'il vous plaît ne me laissez pas, je ne veux pas retourner là-bas". Elle m'a dit "tu dois aller chercher tes amies". J'ai dit à mes amies: "nous rentrons à la maison".

L’intégralité de l’interview de Michelle Knight sera diffusée samedi 31 mai dans 7 jours BFM, à partir de 14 heures et de 18 heures sur BFMTV.

M. R. avec Thomas Misrachi et Elsa Jirou