BFMTV

Aux Etats-Unis, il y a plus d'armes en circulation que d'habitants

Une jeune femme cherchant à acheter une arme aux Etats-Unis.

Une jeune femme cherchant à acheter une arme aux Etats-Unis. - JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Selon des chiffres de la presse américaine, il y a désormais plus d'armes à feu en circulation que d'habitants. Pour 2013, le Washington Post parle de 357 armes pour 317 millions d'habitants.

Après une énième fusillade, la question des armes à feu revient comme un serpent de mer dans le débat politique américain. La semaine dernière, c'est un campus universitaire américain, dans l'Oregon qui a été touché, un tireur tuant neuf personnes et en blessant neuf autres.

Ce lundi, le Washington Post dévoile des chiffres qui permettent d'expliquer la répétition de ces événements aux Etats-Unis. De fait, il y a depuis 2009 plus d’armes à feu que d’habitants dans le pays de Barack Obama. Il n'y a pas de chiffres officiels sur la question, mais le journal donne une estimation du nombre d'armes en circulation. En 2013, il y aurait 357 millions d’unités en circulation, contre 317 millions d’habitants.

En 2012, un rapport du Congrès évoquait 242 millions d'armes en circulation pour l'année 1996, 259 millions en 2000 et 310 en 2009. Mais depuis, alors que les fusillades sont toujours plus nombreuses, aucune étude officielle n'a été menée.

Hillary Clinton à l'offensive

Après l'événement de l'Oregon, Barack Obama avait dénoncé la "routine" des fusillades de masse aux Etats-Unis. C'était la 15e fois que le président intervenait après des drames similaires depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2009. Il l'avait notamment fait en 2012 après les massacres d'Aurora (12 morts) et de Newtown (20 enfants et six adultes tués), après celui de Washington (12 morts) en septembre 2013, et plus récemment celui de Charleston (9 morts) en juin 2015.

Ces chiffres s'amplifient si l'on considère par ailleurs que, depuis le début de l'année, les Etats-Unis ont été le théâtre de 296 fusillades de masse en 274 jours, selon le site Shootingtracker, qui recense tous les incidents de ce type impliquant au moins quatre victimes, qu'elles soient tuées ou blessées.

A la suite des derniers événements, Barack Obama s'est montré très touché. "Je vais parler de cela de manière régulière, a-t-il promis, car notre inaction est une décision politique". En campagne pour l'investiture démocrate, Hillary Clinton a présenté une série de propositions pour durcir la législation fédérale, menaçant même d'agir par décrets. Côté républicain, Donald Trump met plutôt ces drames sur le compte de la "santé mentale", plutôt que sur celui des armes à feu. Jeb Bush, lui, s'est contenté de dire que "ces choses-là arrivent".

I. V. avec AFP.