BFMTV

2.500 travailleurs de Ground Zero déclarent avoir un cancer

Un pompier exténué et couvert de poussière, le 11 septembre 2001.

Un pompier exténué et couvert de poussière, le 11 septembre 2001. - -

Il y a les victimes de l'attentat, et il y a les victimes du nuage de poussière généré par l'effondrement des tours jumelles. Plus de 2.500 personnes parmi celles qui sont intervenues, pompiers, policiers, volontaires et travailleurs du bâtiments, ont développé un cancer depuis.

Treize ans après, les conséquences de l'attentat du 11 septembre 2001 ne sont pas encore pleinement connues. Le New York Post révèle que le nombre de personnes se disant atteintes d'un cancer après avoir été exposées aux poussières de l'effondrement des tours a doublé depuis l'année dernière. Aujourd'hui, 2.518 personnes affectées par la maladie demandent un dédommagement.

Les principales victimes de ces particules de toutes sortes sont bien évidemment les secouristes, policiers, pompiers, bref tous les travailleurs et volontaires qui ont accouru sur les lieux du drame. Il y a aussi les ouvriers du bâtiment qui leur ont succédé, déblayant et préparant l'espace pour la construction de la nouvelle tour. En tout, 37.000 personnes sont intervenues, et ont potentiellement été exposées.

Voté en 2011, le World Trade Center Health Program est l'organisme qui s'occupe de la prise en charge des soins médicaux à la suite de l'attentat. Il a reconnu une liste de pas moins de 58 cancers différents provoqués par ces poussières. Mais la plupart des victimes sont affectées du cancer de la thyroïde ou de la prostate.

Jusque-là, 50,2 millions de dollars versés

Cela fait des années que le phénomène est connu. Slate.fr rappelle qu'en 2006, le New York Sun relayait l'appel de nombreux médecins inquiets des conséquences de ces poussières sur l'organisme, et de leur caractère cancérigène. Les grandes études qui ont suivi, entre 2009 et 2013, ont en majorité conclu à une corrélation entre l'exposition à ces débris et la formation de cancers.

Le fond d'indemnisation créé pour dédommager les victimes, le 9/11 Victim Compensation Fund, avait reçu l'an passé 1.140 demandes de remboursement. C'est ce chiffre qui est passé cette année à plus de 2.500.

Seuls 881 personnes ont été reconnues victimes. Seulement 115 personnes ont jusque-là été indemnisées, dont 17 habitants du quartier, pour des sommes comprises entre 400.000 dollars et 4,1 millions de dollars. Le total des indemnisations s'élève aujourd'hui à 50,2 millions de dollars, mais ce chiffre pourrait rapidement s'élever en fonction des demandes actuelles.

Les victimes potentielles ont jusqu'au 12 octobre pour se faire connaître.

Olivier Laffargue