BFMTV

Etats-Unis: Harvey Weinstein filmé en train de caresser une femme qui l'accuse de viol

La vidéo, tournée par Melissa Thompson lors d'un rendez-vous d'affaires avec le producteur, a été diffusée par la chaîne britannique Sky News.

"Ai-je le droit de flirter avec toi?", "laisse-moi avoir un peu de toi". Dans une vidéo diffusée par la chaîne britannique Sky News, Harvey Weinstein, le producteur hollywoodien accusé de viols ou d'agressions sexuelles par de nombreuses plaignantes, apparaît en train de faire des avances à une femme avec qui il avait un rendez-vous d'affaires, en 2011. Les images ont été tournées par cette dernière, Melissa Thompson, qui l'accuse de l'avoir violée quelques heures après ce rendez-vous, dans une chambre d'hôtel, alors qu'elle avait 28 ans.

La vidéo, commentée par Melissa Thompson auprès de Sky News, montre notamment Harvey Weinstein enlacer la jeune femme et lui caresser le dos alors qu'ils viennent de se retrouver dans son bureau, et qu'elle lui tendait la main afin la serrer. Elle explique que ce jour-là elle avait rendez-vous avec l'équipe marketing de la Weinstein Company. Au lieu de cela, elle est accueillie par le producteur seul, qui précise à ses assistants de ne pas interrompre le rendez-vous, avant de fermer la porte.

"C'est un peu trop"

S'ensuit alors un échange entre le producteur et la jeune femme, qui présente son projet et tente d'obtenir l'accord de Weinstein, mais son discours est interrompu à plusieurs reprises par des gestes et des commentaires du producteur. "Est-ce que j'ai le droit de flirter avec toi"? lui demande-t-il au début de l'entretien. Visiblement gênée, la jeune femme lui répond "Hm, on verra, un peu". 

"Je me disais 'ok, il m’a prise dans ses bras maintenant qu’est-ce que je fais? Je ne crois pas l’avoir encouragé. Maintenant, je me rends compte que par tous les moyens, il me faisait passer de l’état de confortable à inconfortable", explique Melissa Thompson.

A l'écran, on le voit lui caresser l'épaule et le bras à plusieurs reprises, mais la jeune femme précise que sous l'angle de la caméra, le producteur a passé sa main sous sa robe.

"Laisse-moi avoir un peu de toi. Laisse-toi faire. Ca va aller, est-ce que tu veux que ça continue?", lui demande Harvey Weinstein. "Un peu... un peu trop, c'est un peu trop, c'est un peu trop", répond la jeune femme. 
"Je pense qu'un mélange de confiance et de naïveté m'a amenée à cette dynamique qu'on voit maintenant", ajoute Melissa Thompson, qui pensait pouvoir gérer la situation.

"On pourra signer, tu peux le dire à ton patron"

Alors que leur échange professionnel avance malgré tout, Weinstein disant notamment "ok, je vais faire appel à tes services (...) et on pourra signer, tu peux le dire à ton patron", il lui propose un autre rendez-vous, quelques heures plus tard, non loin du bureau. La rencontre est fixée à 5 heures de l'après-midi dans le restaurant d'un hôtel de Tribeca.

"Ce n'était pas à 10 heures du soir, ce n'était pas une invitation dans sa chambre d'hôtel, c'était une invitation à venir dans le hall d'un hôtel qui était à quelques blocs du bureau, donc je me suis sentie beaucoup plus en sécurité qu'en étant seule avec lui dans son bureau", précise la jeune femme, pensant alors conclure le contrat qu'elle lui proposait.

Au contraire de ce qui était prévu, Harvey Weinstein lui a demandé de le suivre, une fois à l'hôtel, la conduisant jusqu'à sa chambre, alors qu'elle pensait rejoindre une salle de conférence. C'est là qu'il l'aurait violée, d'après son témoignage.

"J’étais prise au piège, peu importe où j’allais, il m’a forcée encore et encore".

L'avocat de Weinstein parle de "drague classique"

Comme l'explique Sky News, la vidéo et le témoignage de Mellisa Thompson ont été pris en compte dans un recours juridique collectif mené contre Harvey Weinstein. Dans un communiqué, l'avocat du producteur hollywoodien a réagi à la diffusion de la vidéo.

"Plusieurs journalistes respectés et des personnes de confiance ont vu la vidéo en entier. Ce qu'ils ont partagé avec nous, c'est que la vidéo, vue dans son ensemble, dans le contexte et non d'après des extraits sélectionnés, montre qu'il n'y a rien de forcé, mais qu'il s'agit de drague classique - pour ne pas dire maladroite - entre les deux parties", écrit Benjamin Brafman.

Alors qu'il accuse la plaignante de faire cela dans le but de toucher de l'argent, la chaîne britannique précise que rien n'a été offert à Melissa Thompson en échange de la vidéo, et qu'elle n'a rien réclamé. 

Charlie Vandekerkhove