BFMTV

Venezuela: Paris, Madrid et Berlin "prêts à reconnaître" Guaido faute d'élections annoncées "d'ici 8 jours"

L'opposant Juan Guaido s'est autoproclamé président par interim du Venezuela le 23 janvier 2019

L'opposant Juan Guaido s'est autoproclamé président par interim du Venezuela le 23 janvier 2019 - Federico PARRA / AFP

Trois jours après l'annonce de Juan Guaido qui s'est autoproclamé président du Venezuela par interim, la France, l'Allemagne et l'Espagne laissent huit jours aux autorités locales pour organiser un nouveau scrutin.

La France est "prête à reconnaître" l'opposant vénézuélien Juan Guaido en tant que "président en charge" de son pays si des élections ne sont pas annoncées "d'ici 8 jours", a déclaré ce samedi le président Emmanuel Macron. 

"Sans élections annoncées d'ici 8 jours, nous serons prêts à reconnaître @jguaido comme 'Président en charge' du Venezuela pour enclencher un processus politique. Nous y travaillons entre partenaires européens", a twitté le chef d'Etat français.

Une position partagée par l'Espagne et l'Allemagne ce samedi. "Le peuple vénézuélien doit pouvoir décider librement et en toute sécurité de son avenir. Si des élections ne sont pas annoncées dans les huit jours, nous sommes prêts à reconnaître Juan Guaido, qui initie un tel processus politique, comme président par intérim", a ainsi déclaré sur Twitter Martina Fietz, porte-parole du gouvernement allemand. 

Juan Guaido, qui s'est autoproclamé "président" par intérim du Venezuela avec le soutien des États-Unis, a appelé à la poursuite de la mobilisation contre le pouvoir de Nicolas Maduro, à quelques heures d'une réunion samedi du Conseil de sécurité des Nations unies sur la crise à Caracas.

La déclaration samedi de la France, de l'Allemagne et de l'Espagne intervient alors que les Etats membres de l'Union européenne ne sont pas parvenus, vendredi soir, à s'entendre sur une nouvelle "déclaration commune" appelant à la convocation rapide d'élections au Venezuela.

Le projet de texte soumis en fin de journée aux gouvernements des 28 stipulait que si Nicolas Maduro n'acceptait pas d'organiser de nouvelles élections, "l'UE étudierait la possibilité de prendre de nouvelles dispositions, dont la reconnaissance de Juan Guaido comme président par intérim".

L'Espagne a refusé de soutenir cette formulation et, soutenue par plusieurs autres capitales, a demandé de la remplacer par "décidera de prendre de nouvelles dispositions, dont la reconnaissance de Juan Guaido comme président par intérim".

Avec AFP