BFMTV

Venezuela: le président accuse des Colombiens de vouloir le déstabiliser

Nicolas Maduro, le président vénézuélien, le 10 mai 2016.

Nicolas Maduro, le président vénézuélien, le 10 mai 2016. - PRESIDENCIA / AFP

Le président vénézuélien, qui pourrait être confronté dans les prochains mois à un référendum pour le révoquer, a accusé une organisation "paramilitaire" dirigée par des criminels colombiens de chercher à le déstabiliser, après une opération policière ayant fait neuf morts.

Selon Nicolas Maduro, des membres de bandes criminelles de Colombie se sont infiltrés dans son pays et se sont associés avec des délinquants vénézuéliens pour procéder à des enlèvements et se livrer au trafic de drogue, dans le but de déstabiliser le successeur d’Hugo Chavez.

80 Colombiens irréguliers arrêtés

Le dirigeant socialiste s'exprimait après l'annonce de la mort de neuf personnes dans une vaste opération contre la délinquance effectuée mardi à Caracas et dans ses environs, avec 3.000 militaires et policiers déployés. "Nous avons un bilan de neuf personnes abattues. Elles sont mortes en affrontant" les forces de l'ordre, a annoncé le général Sergio Rivero, de la Garde nationale (armée), dans un rapport présenté mardi soir au cours de l'émission télévisée hebdomadaire de Nicolas Maduro.

Selon le général, les hommes tués dans cette opération appartenaient à des bandes criminelles opérant dans Caracas et sa banlieue. Quinze personnes soupçonnées d'homicides, de trafic de drogue et de vol ont été arrêtées, ainsi que 80 Colombiens en situation irrégulière. Des fusils et des grenades ont été saisis.

A.M avec AFP