BFMTV

L'opposition cubaine dénonce plus de 500 interpellations arbitraires en août

BFMTV

La police cubaine a réalisé au moins 521 "interpellations arbitraires pour motifs politiques" en août, plus du double qu'au mois d'août 2011 (243), a indiqué mardi un groupe d'opposition illégal mais toléré par les autorités cubaines.

Les interpellations peuvent durer de plusieurs heures à quelques jours, précise la Commission cubaine des droits de l'homme et de la réconciliation nationale (CCDHRN) dans son rapport mensuel.

Harcèlement

La Commission a également enregistré six "manifestations de harcèlement" organisées par des partisans du régime communiste contre le domicile de dissidents, notamment dans le sud-est de l'île.

"Les domiciles de dissidents pacifiques sont harcelés durant ces actes de vandalisme qui sont des crimes haineux organisés à Cuba depuis 1980, année où ils furent conçus et encouragés au plus haut niveau de l'Etat et du gouvernement", ajoute le rapport, diffusé par le leader de la Commission, Elizardo Sanchez.

En août, aucun prisonnier politique n'a été libéré, ajoute le rapport de la Commission, qui estime à une cinquantaine le nombre de détenus politiques dans l'île.