BFMTV

Ingrid betancourt réclame 6,6 millions de dollars à la colombie

Ingrid Betancourt, qui a été retenue en otage pendant plus de six ans par la guérilla avant d'être secourue par l'armée, a engagé des poursuites contre l'Etat colombien en relation avec son enlèvement, et réclame 6,6 millions de dollars à titre de compens

Ingrid Betancourt, qui a été retenue en otage pendant plus de six ans par la guérilla avant d'être secourue par l'armée, a engagé des poursuites contre l'Etat colombien en relation avec son enlèvement, et réclame 6,6 millions de dollars à titre de compens - -

BOGOTA (Reuters) - Ingrid Betancourt, qui a été retenue en otage pendant plus de six ans par la guérilla avant d'être secourue par l'armée, a...

BOGOTA (Reuters) - Ingrid Betancourt, qui a été retenue en otage pendant plus de six ans par la guérilla avant d'être secourue par l'armée, a engagé des poursuites contre l'Etat colombien en relation avec son enlèvement, annonce le ministère de la Défense.

Elle réclame 6,6 millions de dollars de dommages-intérêts à l'Etat colombien à titre de compensation pour les effets traumatiques et les pertes de revenus liés à sa captivité dans la jungle.

Le ministère a aussitôt fait valoir qu'elle ne pouvait à aucun titre imputer la responsabilité de son rapt à l'Etat.

Betancourt, qui possède aussi la nationalité française, avait été enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) alors qu'elle faisait campagne comme candidate à l'élection présidentielle de 2002. Des responsables de la sécurité lui avaient déconseillé de pénétrer dans une zone rurale que se disputaient l'armée et les guérilleros.

Le 2 juillet 2008, elle a été libérée avec trois Américains et onze militaires par un commando de l'armée colombienne dont les membres s'étaient fait passer pour les employés du CICR.

"Le ministère de la Défense est surpris et contrarié par cette demande, d'autant plus que les forces publiques ont fait preuve de zèle en préparant et en exécutant l'opération de secours", souligne un communiqué ministériel.

"Des hommes et des femmes des forces armées ont risqué leur vie en cherchant à rendre leur liberté aux otages au cours d'une opération qu'Ingrid Betancourt elle-même a qualifiée de 'parfaite'", ajoute-t-il.

Les raisons précises pour lesquelles Betancourt estime que l'Etat devrait être tenu responsable de son enlèvement, n'ont pas été détaillées pour le moment.

Âgée de 48 ans, Ingrid Betancourt a passé la plus grande partie de son temps en Europe depuis sa libération.

Hugh Bronstein, Nicole Dupont et Philippe Bas-Rabérin pour le service français