BFMTV

  Victoire de l'opposition au Nigéria: un espoir pour la démocratie

Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari lit son discours le 1er avril 2015

Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari lit son discours le 1er avril 2015 - Stringer - AFP photo

Ces élections, qui se sont déroulées dans le calme, constituent la première transition politique dans le pays depuis 16 ans.

L'ancien putschiste Muhammadu Buhari a remporté la présidentielle au Nigeria contre le sortant Goodluck Jonathan, président du pays depuis 2010.

La Commission nationale électorale indépendante (Inec) a précisé mercredi matin que M. Buhari, 72 ans, du Congrès progressiste (APC), avait remporté l'élection avec 2,57 millions de voix d'avance sur son rival. Il a recueilli 15.424.921 voix ou 53,95% des 28.587.564 suffrages exprimés. Goodluck Jonathan, 57 ans, du Parti démocratique populaire (PDP), a obtenu 12.853.162 voix (44,96%) à l'élection qui s'est déroulée samedi et dimanche.

La victoire de l'opposition a été reconnue par le président sortant, qui a appelé dès le mardi soir le nouveau président pour le féliciter.

Un tournant historique 

Cette élection était la plus serrée de l'histoire de ce pays le plus peuplé d'Afrique. Elle met en place la première alternance démocratique au Nigeria, marquant un tournant majeur dans l'histoire politique agitée de ce pays qui a connu six coups d'Etat militaires depuis l'indépendance, en 1960, et qui a été gouverné par le même parti depuis la fin des dictatures militaires, il y a 16 ans.

Les élections se sont déroulées dans le calme, dans un pays souffrant pourtant de vives tensions politiques et religieuses entre chrétiens et musulmans, et sous la menace constante de Boko Haram. Le groupe terroriste qui avait juré de perturber cette élection, n'est pas parvenu à empêcher le processus électoral.

Félicitations de François Hollande

Sans tarder, l'Union européenne a "chaleureusement félicité" mardi soir la victoire du candidat Buhari. Le président français François Hollande l'a également félicité et a "salué la détermination du peuple nigérian" ainsi que "le sens des responsabilités" du président nigérian sortant, qui a reconnu sa défaite.

S.V. avec AFP