BFMTV

Tunisie: les Femen condamnées à 4 mois de prison ferme

Le palais de justice de Tunis.

Le palais de justice de Tunis. - -

Le juge a condamné les trois activistes, deux Françaises et une Allemande, à une peine de prison ferme pour "atteinte aux bonnes mœurs et à la pudeur" après avoir manifesté seins nus à Tunis en soutien à Amina. Paris regrette la "sévérité de la peine".

La défense se disait optimiste. A tort. Les trois militantes européennes du groupe Femen ont été condamnées chacune à quatre mois de prison ferme à l'issue de leur procès mercredi à Tunis, selon un avocat.

Les deux Françaises et l'Allemande, emprisonnées depuis le 29 mai, devront purger une peine de "quatre mois et un jour de prison ferme pour atteinte aux bonnes moeurs et à la pudeur", a déclaré un de leurs avocats, Souhaib Bahri.

Le juge a toutefois refusé la demande de constitution de partie civile de 14 associations islamiques.

La France "ne peut que regretter la sévérité de la peine", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Femen prévoit de nouvelles actions en Tunisie

Après la condamnation des deux Françaises et d'une Allemande, la dirigeante de Femen, Inna Shevchenko, a prévenu que son organisation allait mener d'autres actions en Tunisie.

"C'est une décision politique qui confirme le caractère dictatorial de la Tunisie pour qui il est plus simple de mettre des filles en prison que de reconnaître que les femmes ont le droit de disposer librement de leur corps", a-t-elle déclaré au téléphone depuis Paris.

"On est très en colère après ce verdict très dur et nous allons poursuivre nos actions en Tunisie, nous les préparons déjà, nous allons les élargir, les multiplier. On ne va pas arrêter", a-t-elle encore martelé.

"Atteinte grave à la liberté d'expression"

De son côté, l'avocat français des Femen, qui s'apprête à venir à Tunis, a exprimé sa consternation et dénoncé une atteinte à la liberté d'expression.

"Je prends acte avec consternation de cette décision alors que l'infraction n'était pas constituée", a dit maître Patrick Klugman.

"C'est une condamnation extrêmement lourde. C'est une atteinte grave à la liberté d'expression, pas seulement pour ces filles, mais pour la liberté d'expression en général", a-t-il souligné.

Les trois militantes de Femen, détenues depuis deux semaines, avaient été arrêtées le 29 mai lors d'une manifestation seins nus à Tunis en soutien à Amina Sboui, leur camarade tunisienne emprisonnée depuis le 19 mai.

A LIRE AUSSI:

>> Tunisie: le procès Femen reporté
>> Tunisie: trois Femen risquent la prison ferme

>> Amina, Femen tunisienne retenue par sa famille, a pris la fuite