BFMTV

République démocratique du Congo: 8 Casques bleus tués et 12 blessés

Un Casque bleu en République démocratique du Congo, image d'illustration.

Un Casque bleu en République démocratique du Congo, image d'illustration. - JOHN WESSELS / AFP

Jeudi l'ONU a annoncé que huit Casques bleus ont été tués et douze blessés lors d'une opération militaire en République démocratique du Congo.

Huit Casques bleus ont été tués et 12 autres blessés lors d'une opération militaire conjointe avec les troupes de la République démocratique du Congo contre des rebelles dans l'est du pays, a annoncé jeudi l'ONU.

8 Casques bleus morts 

Ces soldats de la paix ont été tués pendant l'offensive mercredi contre des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), qui sévissent dans la région de Beni et des environs, dans le Nord-Kivu.

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont "fermement condamné le meurtre de sept Casques bleus malawites et d'un Casque bleu tanzanien de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)", dans un communiqué. "Au moins 12 membres des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC)" ont également été tués, a précisé la même source.

Lutte contre le retour du virus Ebola

Selon Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU, 12 autres Casques bleus ont été blessés. Il a ajouté que plusieurs militaires congolais avaient également été tués ou touchés pendant les opérations.

Le porte-parole a refusé de donner davantage de détails sur l'opération conjointe, liant tout de même cette offensive à la lutte contre le retour du virus Ebola.

"Comme vous le savez, il y a une épidémie d'Ebola dans cette zone et l'insécurité est un obstacle à la réponse à cette épidémie", a-t-il estimé.

Rebelles musulmans

Depuis octobre 2014, les rebelles de l'ADF sont tenus responsables du massacres de plusieurs centaines de civils et de 15 Casques bleus tanzaniens début décembre dans la région de Beni (Nord-Kivu).

Les ADF sont des rebelles musulmans opposés au président ougandais Yoweri Museveni et qui sont présents sur le territoire congolais depuis 1995.

La mission de maintien de la paix de l'ONU, la Monusco, compte environ 17.000 personnes dans ses rangs.

B.L. avec AFP