BFMTV

Que se passe-t-il au Soudan du Sud ?

Au moins 90.000 personnes ont été déplacées depuis dix jours au Soudan du Sud, dont 58.000 se sont réfugiées dans les bases de l'ONU.

Au moins 90.000 personnes ont été déplacées depuis dix jours au Soudan du Sud, dont 58.000 se sont réfugiées dans les bases de l'ONU. - -

Alors que bilan humain - victimes et déplacés - s'alourdit depuis 10 jours et que le conflit politique tourne à l'affrontement interethnique, BFMTV.com fait le point sur la situation qui mine le plus jeune Etat du monde.

Depuis quelques jours, le Soudan du Sud s'enfonce dans la guerre civile. La dégradation rapide de la situation inquiète vivement le Conseil de sécurité de l'ONU, qui a autorisé mardi l'envoi de près de 6.000 Casques bleus supplémentaires dans le plus jeune pays d'Afrique.

Le pape François, lui, a lancé un message mercredi pour "favoriser la concorde au Soudan du Sud". Barack Obama avait décrit le pays "au bord du précipice", la semaine dernière. Enfin, le conflit a déjà fait des milliers de morts, sans qu'aucun bilan précis ne puisse être établi. Dans le même temps, plus de 90.000 personnes ont été déplacées depuis 10 jours, dont 58.000 ont rejoint des bases de l'ONU.

BFMTV.com vous donne les clefs pour comprendre la crise qui frappe le Soudan du Sud.

Le plus jeune Etat africain construit sur des bases fragiles

Le Soudan du Sud est le plus jeune Etat africain. Après une longue guerre contre le Soudan et un référendum, il s'est séparé de la partie nord, gouvernée par les autorités de Khartoum, en juillet 2011. Alors que le Nord est principalement musulman, le Soudan du Sud est constitué de populations chrétiennes et animistes. "Il ne faut pas perdre de vue que l’unité nationale sud-soudanaise n’est pas encore une réalité", explique à RFI Adama Dieng, conseiller spécial des Nations unies pour la prévention du génocide. De nombreuses ethnies et tribus différents vivent en effet côte-à-côte sans sentiment d'unité nationale.

Avec plus de 10 millions d'habitants, le Soudan du Sud est de taille comparable à la Centrafrique, son voisin lui aussi en proie à de graves violences, qui ont conduit au lancement de l'opération militaire française Sangaris, le 5 décembre dernier. Il est également frontalier de la République Démocratique du Congo, où l'armée régulière a fait appel à l'ONU pour faire face à des attaques rebelles. N'ayant pas d'accès à la mer, le Soudan du Sud a besoin des infrastructures du Nord pour exporter le pétrole, principale source de revenus du pays.

Des conflits interethniques anciens

"La violence ethnique atteint un niveau alarmant dans certaines zones, comme l'Etat du Jonglei, où l'Etat se démène pour réconcilier les citoyens et les différentes factions de l'armée", explique au Monde.fr Casie Copeland, consultante chargée du Soudan du Sud à l'International crisis Group (ICG).

Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis le 15 décembre, le président Salva Kiir accusant son ancien vice-président, Riek Machar, de tentative de coup d'Etat. Le putsch raté a donné lieu à des affrontements entre factions rivales de l'armée, fidèles à l'un et l'autre camp.

Or, ces deux hommes politiques appartiennent aux deux ethnies les plus importantes numériquement, dont les rivalités sont très anciennes. Le président Salva Kiir appartient aux Dinka, tandis que Riek Machar fait partie des Nuer. Les deux rivaux ont accepté d'entamer des pourparlers, mais sans fixer de date pour l'instant.

L'enjeu pétrolier

Chaque camp tente de prendre le contrôle des champs pétroliers du nord du pays pour se mettre en position de force dans la négociation. Le contrôle des gisements de pétrole du nord du pays est un enjeu stratégique pour les deux parties, car les recettes du pétrole représentent 95% de la fragile économie nationale du Soudan du Sud. La compagnie BP estime que le pays a les plus grandes réserves de pétrole brut d'Afrique de l'Est. Tenir l'Etat revient à mettre la main sur ces réserves.

Khartoum, qui prélève des royalties pour le passage sur son territoire du pétrole exploité au Sud, pourrait cependant être tenté de tirer avantage des conflits internes chez son voisin. Le Soudan a en effet découvert le pétrole en 1999, avant que le Soudan du Sud ne fasse sécession. Or, l'essentiel des réserves se trouve dans l'actuel Soudan du Sud.

Ballet diplomatique

La communauté internationale, et notamment les pays voisins du Soudan du Sud, multiplie les efforts diplomatiques pour tenter de faire cesser le conflit. Le président kényan Uhuru Kenyatta et le Premier ministre éthiopien Haile Mariam Desalegn ont ainsi rencontré le président sud-soudanais Salva Kiir.

Les Etats-Unis, qui avaient soutenu la création du Soudan du Sud, à travers l'engagement de l'acteur George Clooney, ont mis en garde les protagonistes de la crise et se disent prêts à déployer de nouvelles troupes "si nécessaire".

K. L.