BFMTV

Nouvelle hospitalisation du président Bouteflika en France?

Abdelaziz Bouteflika lors des dernières élections présidentielles en avril dernier

Abdelaziz Bouteflika lors des dernières élections présidentielles en avril dernier - Farouk Batiche - AFP

Les autorités algériennes n'ont pas confirmé l'hospitalisation du chef de l'Etat mais  il serait arrivé par avion à l'aéroport du Bourget avant de rejoindre l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, affirme la presse algérienne.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika serait de nouveau hospitalisé en France depuis mardi, selon El Watan. Les autorités algériennes n'ont pas confirmé l'information. Il serait arrivé par avion à l'aéroport du Bourget avant de rejoindre l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Le mois dernier déjà Abdelaziz Bouteflika était venu en France, à Grenoble cette fois, pour séjourner dans une clinique

Un AVC en 2013

Après cet épisode, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait assuré que "l'évolution de (son) état de santé" était "correcte". "Le président Bouteflika a récemment, vous le savez, fait une visite de contrôle. Il se porte correctement, il dirige. L'évolution de son état de santé est correcte", avait-il poursuivi alors qu'il sortait d'un entretien avec Manuel Valls a Matignon.

Le chef de l'Etat algérien, âgé de 77 ans, est amoindri depuis un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013 qui a laissé des séquelles manifestes sur sa mobilité et son élocution. Il est depuis régulièrement soigné en France. Mais bien avant cela, sa santé était déjà sujette à caution: en 2005, c'est pour un ulcère de l'estomac qu'il est hospitalisé en France. En 2006 et 2011, il est de nouveau hospitalisé à Paris.

La santé du président est tabou

Malgré l'opposition de son pays qui le juge inapte à occuper ses fonctions, Abdelaziz Bouteflika a remporté un quatrième mandat présidentiel en avril 2014. Mais depuis sa réélection, il n'a fait que de rares apparitions, renonçant notamment à tout déplacement officiel à l'étranger. Ce qui alimente en permanence les rumeurs sur son état de santé et les doutes sur ses capacités à diriger le pays, alors que les médias locaux qui relaient la détérioration de la santé du chef de l'Etat sont victimes de censure.

Le 1er novembre dernier, Abdelaziz Bouteflika avait effectué une de ses rares apparitions publiques pour se recueillir sur les tombes du "carré des martyrs" de la guerre d'indépendance à l'occasion des 60 ans de cette insurrection, dont il est un vétéran. Selon des images diffusées par la télévision algérienne, il était arrivé en fauteuil roulant au cimetière d'El Alia, dans la banlieue est d'Alger, où sont inhumés les plus grandes figures de la guerre d'indépendance.

S.A.