BFMTV

Mali : l'ONU annonce l'envoi de 12 600 Casques bleus

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies. - -

Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté jeudi à l'unanimité la résolution prévoyant la création d'une force de maintien de la paix au Mali. 12 600 Casques bleus, épaulés par un contingent de soldats français, vont être déployés dans le pays.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté jeudi à l'unanimité la résolution 2100 prévoyant la création d'une force de maintien de la paix au Mali. A compter du 1er juillet, 12 600 Casques bleus, appuyés par un contingent français, seront chargés de veiller à la sécurité des maliens et à combattre, le cas échéant, la menace djihadiste. La France a toujours affirmé qu’elle n’avait pas vocation à rester durablement sur le sol malien.
Paris, épaulé par quelque 2 000 soldats tchadiens aguerris à la guerre dans le désert du Sahara, est intervenu en janvier au Mali pour chasser les rebelles islamistes et leurs alliés touaregs qui occupaient la moitié nord du pays. La future force de l'Onu, baptisée Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), prendra le relais de la force ouest-africaine Misma venue en appui de l'opération française « Serval ». La vaste majorité des soldats de la Misma auront vocation à intégrer la force des Nations unies, ont indiqué des diplomates.

« Un succès »

« C'est une décision importante qui répond à la demande des autorités maliennes et des organisations africaines de transformer la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma) en Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) », a déclaré le président de la République François Hollande, selon un communiqué de l'Elysée.
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que l'adoption de la résolution 2100 du conseil de sécurité de l'Onu était « un succès ». « Elle confirme le soutien unanime de la communauté internationale à la stabilisation du Mali ainsi qu'à l'intervention de la France et des Etats de la région pour venir en aide à ce pays », a-t-il souligné.

Philippe Gril avec Reuters