BFMTV

Français tués au Niger : leurs proches sous le choc

-

- - -

Alors que les circonstances du décès des deux Français enlevés vendredi au Niger, restent floues, à Linselles (Nord), ville natale d'Antoine et Vincent, leurs familles et les habitants, abasourdis par la nouvelle, témoignent.

On ne sait toujours pas comment ni qui a tué les deux Français de 25 ans enlevés au Niger vendredi soir. A Linselles, dans le Nord, ville natale d'Antoine et Vincent, les habitants sont sous le choc. Ils avaient grandi dans le quartier des Myosotis. Leurs familles habitent à 50 mètres l'une de l'autre. Et là-bas, tout le monde est abasourdi par la nouvelle.

« Vincent était conscient qu’il fallait être prudent, mais… »

Vincent, jeune ingénieur de 25 ans installé à Toulouse, était parti au Niger rejoindre son ami Antoine, humanitaire, et assister à son mariage avec une jeune Nigérienne, Rakkia. Annabelle, la grande sœur de Vincent, raconte à quel point son frère tenait à faire ce voyage : « il était très content d’y aller, ça faisait longtemps qu’il voulait ; même s’il était conscient que c’était une région pas très touristique et qu’il fallait être prudent. Mes parents l’avaient aussi mis en garde. Mais c’était son idée, il aimait l’aventure, les choses qui sortent de l’ordinaire, aller au bout de ses passions, voyager… Ce voyage, c’était lui. »

« Une heure après, le cauchemar commençait… »

Soulignant l’inquiétude de leur mère face à ce voyage, Annabelle poursuit : « Ma maman était très inquiète de le savoir partir dans ce genre de pays et la première chose qu’il a faite en arrivant à l’aéroport, il a acheté une carte de téléphone pour l’appeler et la rassurer. A 21h30 vendredi soir, il nous a appelés, en nous disant qu’il était bien arrivé, qu’il était content, que les vacances commençaient bien… On s’est couchés tranquille. Une heure après, le cauchemar commençait… »

Un registre de condoléances sera ouvert dans la matinée et une marche blanche devrait être organisée samedi prochain.