BFMTV

INFO BFMTV - Algérie: les lignes téléphoniques du QG d'Ali Benfils ont été coupées

Ali Benflis, principal opposant à Abdelaziz Bouteflika et son ancien Premier ministre, lors d'un meeting, le 15 avril 2014

Ali Benflis, principal opposant à Abdelaziz Bouteflika et son ancien Premier ministre, lors d'un meeting, le 15 avril 2014 - -

Le scrutin présidentiel en Algérie a été prolongé jeudi d'une heure dans plus du tiers des 1.541 communes du pays.

Tandis que le scrutin présidentiel en Algérie a été prolongé jeudi d'une heure dans plus du tiers des 1.541 communes du pays, dont Alger, les lignes téléphoniques du QG du principal opposant à Abdelaziz Bouteflika, Ali Benfils, ont été coupées, selon nos informations. Le directeur de la communication du candidat, Lofti Boumghar a expliqué à BFMTV que cette coupure coïncidait avec le moment où les résultats devaient remonter afin qu'Ali Benfils puisse faire ses propres estimations des votes déjà dépouillés.

Ali Benfils avait mis en garde à plusieurs reprises contre des fraudes orchestrées par le pouvoir avant le début de l'élection.

La prolongation de l'ouverture des bureaux de vote concerne au moins 35 wilayas (départements) sur les 48 que compte l'Algérie. Dans certaines régions, de nombreux électeurs formaient des files d'attente pour voter, selon des images diffusées par la télévision d'Etat. Le taux de participation, principal enjeu de la consultation, était de 23% à à la mi-journée, selon le ministère de l'Intérieur.

Le directeur de la com de benflis, lofti boumghar, me signale que les lignes téléphoniques fixes de la direction de la campagne + direction logistique + locaux du candidat sont HS depuis une grosse heure maintenant Pile au moment ou les résultats devaient remonter vers les QG pour que benflis fasse ses propres comptes...

Incidents en Kabylie

Par ailleurs, des incidents ont émaillé la journée, notamment en Kabylie où 70 personnes ont été blessées dans des heurts entre des gendarmes et des jeunes qui voulaient empêcher les habitants de voter.

Quelque 23 millions d'Algériens élisaient jeudi leur président lors d'un scrutin pour lequel le chef de l'Etat sortant Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat consécutif, est donné favori malgré des ennuis de santé.

S.A. avec François-Xavier Ménage à Alger