BFMTV

Hollande en Algérie: la question de la mémoire sera "inévitable" pour Alger

François Hollande

François Hollande - -

Le ministre des Affaires étrangères algérien a estimé lundi que la question de la mémoire et du passé colonial serait "inévitable" lors de la visite officielle de François Hollande en Algérie, prévue en décembre.

Une visite qui s'annonce délicate pour François Hollande. Le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci a déclaré lundi que la question de la mémoire et du passé colonial serait "inévitable" lors de la visite du président français en décembre à Alger.

"Nous attendons la visite de M. Hollande pour avoir les clarifications que le peuple algérien attend sur la question de la mémoire", a souligné le ministre avant de qualifier les relations algéro-françaises de "très importantes" pour les deux parties et de "lourdes" et "complexes" à la fois.

Discussions sur le Mali

Selon lui, la visite de Hollande aura un "poids politique" car elle sera l'"occasion de se concerter au plus haut niveau sur les questions bilatérales et régionales", a ajouté Mourad Medelci, sans fournir de précisions sur ces questions.

Celles-ci incluront logiquement le Mali voisin où Paris est prêt à apporter son concours matériel à une éventuelle intervention militaire pour chasser les islamistes radicaux qui occupent le Nord, tandis qu'Alger veut pour l'instant se concentrer sur une solution politique.

Et accords économiques

Alors que la France est le premier fournisseur de l'Algérie et son quatrième partenaire commercial, Mourad Medelci a par ailleurs fait état pour la période à venir d'un "accord sur cinq ans" visant "à arrêter des programmes de coopération algéro-française dans divers domaines et secteurs".

L'accord se veut "un plan complémentaire de la précédente expérience (2007-2011) mais avec de plus grandes ambitions", a-t-il conclu.

C. L. avec AFP