BFMTV

Algérie: nouvelle "opération bikini" pour résister à la pression religieuse

Une jeune Algérienne de 27 ans organise depuis début juillet des "opérations bikini" afin de lutter contre la disparition du maillot de bain sur les plages de son pays.

Les femmes poursuivent leur mobilisation en Algérie pour pouvoir se baigner en maillot de bain deux-pièces sur les plages. Alors qu'un projet de loi a récemment été déposé afin de "réglementer les tenues vestimentaires des femmes pour garantir le respect de la pudeur et des bonnes moeurs", une "baignade républicaine" est organisée ce lundi sur la plage de Tichy, en Kabylie.

Officiellement autorisé sur les plages algériennes, le bikini est toutefois mal vu, voire même considéré comme choquant. Afin de répandre le port du maillot deux-pièces, ou à défaut de lutter contre sa disparition, une jeune Algérienne de 27 ans a créé un compte Facebook privé fin juin et organise depuis des "opérations bikini" dans la ville côtière d'Annaba, au nord-est du pays. La dernière manifestation a rassemblé plus de 3.200 participantes et la mobilisation s'étend désormais dans plusieurs villes du pays.

Résister à la pression religieuse

"Ces baignades sont une tentative pour résister à la pression religieuse et au harcèlement dont les femmes algériennes sont victimes au quotidien sur les plages", explique Rehda Menassel, correspondant à Alger pour BFMTV.

"L'idée de ces militantes n'est pas forcément d'imposer le maillot de bain deux-pièces comme étant le vêtement de référence obligatoire de la plage mais plutôt d'en normaliser son usage. Que cela redevienne commun voire normal de croiser une fille en bikini à Annaba, Oran ou Alger, comme cela était le cas avant la décennie du terrorisme", ajoute-t-il.

Me.R.