BFMTV

31 soldats français tués depuis 2014: le lourd bilan humain de l'opération Barkhane

Des militaires français au Mali, en 2017

Des militaires français au Mali, en 2017 - CHRISTOPHE PETIT TESSON - POOL - AFP

Au total, depuis 2013 et le lancement de l'opération Serval, remplacée ensuite par Barkhane, 41 militaires français sont morts au Mali.

Treize militaires français de la force Barkhane ont trouvé la mort au Mali dans une collision accidentelle de deux hélicoptères lundi soir, lors d'une opération contre des jihadistes, a annoncé ce mardi l'Élysée dans un communiqué. Six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef se trouvaient à bord des engins.

41 morts depuis 2013

Lancée en 2014, l'opération Barkhane mobilise actuellement 4500 soldats français pour lutter contre les groupes armés jihadistes dans la région du Sahel. Un combat qui a un prix puisque depuis le mois d'avril 2016 - date à laquelle remontent les premières morts des soldats français de l'opération - 31 militaires originaires de l'Hexagone ont perdu la vie, en comptant les treize présents dans les deux hélicoptères entrés en collision ce lundi soir.

L'accident porte par ailleurs à 41 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l'intervention française dans ce pays du Sahel en 2013, en comptabilisant les morts de l'opération Serval, lancée en janvier 2013 et remplacée par Barkhane un an et demi plus tard.

Le dernier militaire français membre de l'opération Barkhane à avoir perdu la vie a été tué le 2 novembre lors d'un attentat revendiqué par Daesh. Âgé de 24 ans, Ronan Pointeau avait été visé par le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé.

Juliette Mitoyen