BFMTV

Afghanistan: un soldat américain tué par un engin explosif

Des soldats américains en Afghanistan.

Des soldats américains en Afghanistan. - Shah Marai - AFP

Un soldat américain a été tué ce mardi en Afghanistan par l'explosion d'un engin explosif au passage de sa patrouille, lors d'opérations contre le groupe Etat islamique dans la province de Nangarhar (est), selon l'armée américaine.

Le soldat a été tué "en menant des opérations avec les forces afghanes", indique un communiqué du commandement des forces américaines en Afghanistan.

L'incident s'est produit dans le district d'Achin, dans la province de Nangarhar frontalière avec le Pakistan, "au cours d'une mission ciblant l'Etat islamique", a précisé le commandement américain à Kaboul.

Exprimant "sa plus profonde sympathie" aux proches de la victime, le général John Nicholson, commandant des troupes déployées sous tutelle de l'Otan, a affirmé dans un communiqué qu'en "dépit de cet événement tragique, nous restons déterminés à abattre les terroristes de (l'organisation) Etat islamique et à aider nos partenaires afghans à défendre leur nation".

Diminution du nombre de soldats américains en Afghanistan

Les Etats-Unis ont encore environ 9.800 soldats en Afghanistan, leur nombre devant baisser à 8.400 la semaine prochaine.

Ces soldats sont chargés de conseiller et de former les forces afghanes, mais disposent également d'un mandat pour aller combattre directement les insurgés talibans et le groupe Etat islamique, apparu en Afghanistan au début 2015, dans l'est du pays.

Depuis l'été, ils ont conduit avec l'armée afghane de nombreuses frappes contre les positions et combattants de l'EI.

Les militaires américains et afghans estiment avoir confiné les jihadistes à trois districts de la province de Nangarhar, contre une dizaine au début de l'année, et avoir réduit leur présence de moitié, à moins de 1.500 combattants.

Le Pentagone a annoncé mi-août avoir tué dans une frappe aérienne Hafez Saïd, le chef de l'EI en Afghanistan et au Pakistan.

L'EI venait de revendiquer le pire attentat des 15 dernières années dans Kaboul, qui avait fait 80 morts et 130 blessés au moins au sein de la minorité chiite hazara.

la rédaction avec AFP