BFMTV

A Londres, le siège de Scotland Yard est à vendre

Le siège de Scotland Yard, sur Victoria Street, dans le centre de Londres.

Le siège de Scotland Yard, sur Victoria Street, dans le centre de Londres. - Carl Court - AFP

Ce bâtiment quasi-mythique, siège de la police londonienne depuis 1967, a été mis en vente ce mardi. Il pourrait être détruit pour laisser place à un nouveau projet immobilier, au grand dam des Londoniens.

A vendre: complexe immobilier de vingt-deux étages et 56.000 m². Plein coeur du quartier de Westminster, à Londres. Vue imprenable sur Big Ben. Mise à prix: 250 millions de livres (315 millions d'euros). Signe particulier: siège actuel de Scotland Yard, la prestigieuse police britannique.

L'immense bâtiment triangulaire s'étend sur 151 mètres le long de Victoria Street, une des rues les plus fréquentées de la capitale, à deux pas de la grandiose abbaye de Westminster et du palais de Buckingham. Cette adresse, qui abrite la police londonienne depuis 1967, est officiellement à vendre depuis ce mardi.

Un gouffre financier

La raison? Ce site, jugé vétuste, trop vaste et peu adapté à des conditions de travail modernes, est devenu au fil des années un véritable gouffre financier.
"C'est un immeuble des années 60", souligne Craig Mackey, un haut responsable de la police de la ville. "Si nous continuons à occuper le bâtiment, nous avons estimé qu'il nous faudra dépenser environ 50 millions de livres" pour le rénover.

La municipalité assure que les économies réalisées et la manne financière résultant de la vente permettront de moderniser les forces de police, d'équiper les agents avec du matériel dernier cri comme des gilets de protection avec des caméras embarquées ou des tablettes.

Une fois l'immeuble vendu, les "bobbies", le surnom donné aux policiers londoniens, devraient rejoindre en 2016 le Curtis Green, un bâtiment plus modeste situé sur le Victoria Embankment, au bord de la Tamise.

Voué à la destruction

A en croire Simon Hodson, du cabinet Jones Lang LaSalle recruté pour organiser la vente, le siège de Scotland Yard devrait rapidement trouver acquéreur: "Il y a un intérêt significatif dans le développement de projets de construction de logements de standing à Londres", explique-t-il, "en raison de la stabilité économique et politique du pays". Selon lui, le bâtiment est donc voué à être "détruit, c'est quasiment certain". 

Une nouvelle qui attriste de nombreux Londoniens, attachés à ce bâtiment quasi-mythique qui apparaît régulièrement dans les journaux télévisés, films et séries. "C'est vraiment regrettable d'en arriver là", déplore par exemple John Tully, patron de la Metropolitan Police Federation, un syndicat de policiers, dans le Daily Mail. "Certes, c'est un bâtiment qui fait son âge et qu'il faut entretenir. Mais la police a toujours eu pour habitude de liquider notre patrimoine immobilier, et maintenant la municipalité s'y met, et à présent ils s'attaquent aux joyaux de la couronne..."

A. S. et M. T. avec AFP