BFM Immo

Les prix de l'immobilier ne progressent plus à Paris

Les prix parisiens sont en recul pour depuis le début de l'année selon MeilleursAgents.

Les prix parisiens sont en recul pour depuis le début de l'année selon MeilleursAgents. - DR

En moyenne, les prix parisiens affichent une baisse de 1% en un mois et de 1,2% depuis le début de l'année, selon le dernière baromètre de MeilleursAgents.

Les prix immobiliers ont diminué de 1% en un mois à Paris, avec un prix moyen de 10.275 euros/m², selon le dernier baromètre de MeilleursAgents. Un phénomène observé depuis le début de l'année par le site d'estimation en ligne avec un recul modéré de 1,2%. Une situation qui semble marquer la fin de l'euphorie pour des prix qui semblent avoir atteint un plafond.

"En seulement un mois, la capitale a en effet vu ses tarifs chuter de 1%. Du jamais vu depuis 2014, époque où le marché immobilier était en plein cœur d’un cycle baissier! D’autant qu’aucune catégorie de biens n’est épargnée par ce phénomène; les petites surfaces chutant de 1% et les grandes de 0,9%", analyse MeilleursAgents.

Cependant, les Notaires du Grand Paris ont observé une progression de l'activité du marché depuis la rentrée avec +18% de ventes entre le 3e trimestre 2020 et le 3e trimestre 2021 (36.870 contre 31.210 transactions l'an dernier) retrouvant ainsi un niveau observé avant la crise sanitaire. Ces derniers anticipent une relative stabilité des prix et de l'activité Paris d'ici janvier 2022.

>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit

Des disparités selon les arrondissements

Ces variations masquent des disparités. Ainsi, les prix varient d'un arrondissement à l'autre avec 9.455 euros/m² dans le 19e et 14.790 euros/m² dans le 7e. Les Notaires du Grand Paris ont analysé les variations de prix et leur évolution, révélant des diminutions importantes sur le troisième trimestre dans six arrondissements.

Prix observés au 1er décembre dans les différents arrondissements parisiens selon MeilleursAgents.
Prix observés au 1er décembre dans les différents arrondissements parisiens selon MeilleursAgents. © MeilleursAgents

En région parisienne, l'érosion concerne la capitale et la Seine-Saint-Denis dont les prix ont baissé de 0,6% en un mois. Ailleurs, les prix immobiliers sont en légère augmentation: +0,1% dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine, +0,4% dans l'Essonne, +0,6% dans le Val-de-Marne et le Val-d'Oise et +0,2% en Seine-et-Marne. Le télétravail a ouvert des horizons aux franciliens qui semblent préférer les maisons en grande couronne aux appartements parisiens.

"La capitale ne fait plus recette auprès d’acheteurs en quête d’espace, de pouvoir d’achat et de verdure, entraînant un ralentissement des prix de l’ordre de 3,4% en à peine quatorze mois", remarque MeilleursAgents qui constate également que les grandes villes n'attirent plus les acquéreurs.

Les zones péri-urbaines décollent

Les villes moyennes, où le prix des maisons explose en progressant deux fois plus vite que celui des appartements, sont particulièrement prisées.

"Le désamour des acquéreurs pour les grandes villes se reporte principalement sur les zones péri-urbaines. Les grandes banlieues des dix plus grandes villes de France ont connu une hausse de prix de +1,8% depuis la rentrée, quand les centres-villes voyaient leurs prix stagner (+0,3%). La région parisienne en est le meilleur exemple. Alors que les tarifs dans la capitale ont reculé de -1,7% depuis 3 mois, ils ont grimpé dans le même temps de +1,5% dans la grande couronne", conclut MeilleursAgents.

Marion Marten Perolin