BFM Immo

Les recherches immobilières chutent pour les biens en Ile-de-France ou dans le Grand Est

Les Français veulent de l'espace

Les Français veulent de l'espace - Tobias Schwarz - AFP

Selon Leboncoin Groupe, qui regroupe leboncoin et AVendreALouer, la crise liée au coronavirus a complètement chamboulé les recherches immobilières des Français.

Avec la crise sanitaire, les Français revoient leurs envies immobilières. Leboncoin Groupe, qui regroupe leboncoin et AVendreALouer, soit 1,3 million d’annonces immobilières, a étudié les recherches des Français. Pendant le confinement, les Français n’ont jamais complètement cessé de mener leurs projets immobiliers. Leboncoin remarque même une reprise dès le mois d’avril après des chutes de recherches pendant les deux premières semaines de confinement.

>> Partenariat BFM Business : découvrez les raisons d'investir dans les SCPI de rendement CORUM L'EPARGNE

Et ces recherches ont changé. Leboncoin a remarqué une corrélation forte entre les projets immobiliers et la propagation du virus sur le territoire. Dans les régions “rouges” comme l'Île-de-France ou le Grand-Est, fortement touchées par le Covid-19, les annonces connaissent une perte d’audience moyenne de l’ordre de 40%. Dans les régions “vertes”, l'audience moyenne des annonces baisse, mais moins fortement. Le Languedoc-Roussillon par exemple enregistre un recul du nombre de vues par annonce de 25% en moyenne.

Des envies d'environnements moins peuplés

L’autre grand changement concerne le type de biens recherchés. “Durant la période de confinement, les Français étaient à la recherche d’environnements moins peuplés et d’extérieur. La distance entre les logements recherchés et le domicile actuel a augmenté sur le mois d’avril”, constate leboncoin.

Le groupe remarque que par rapport à l’année dernière, les recherches des urbains vers des zones rurales ont augmenté de 30% et celles vers des zones urbaines moins denses de 20%. Sans surprise, “les Parisiens ont davantage cherché dans des petites communes ou petites agglomérations, avec une préférence pour les régions Bourgogne, Centre Val de Loire et Normandie”.

Diane Lacaze