BFM Immo

La maison d'où s'est enfui El Chapo pourra être gagnée demain

Une des maisons ayant appartenu au baron de la drogue Joaquin Guzman, dit "El Chapo", le 18 juillet 2015 à Culiacan, au Mexique

Une des maisons ayant appartenu au baron de la drogue Joaquin Guzman, dit "El Chapo", le 18 juillet 2015 à Culiacan, au Mexique - Fernando Brito © 2019 AFP

Le gouvernement mexicain va mettre en jeu à la loterie la maison d'où s'est enfui le baron de la drogue Joaquin Guzman. Elle est estimée à 3,6 millions de pesos, soit près de 150.000 euros.

Demain, il sera possible de gagner la maison d'un baron de la drogue. Le gouvernement mexicain va mettre en jeu, mercredi 15 septembre, à la loterie une maison d'où s'était enfui en 2014 Joaquin Guzman, dit "El Chapo", condamné depuis à la perpétuité aux Etats-Unis.

La maison est située à Culiacan, la capitale de l'Etat de Sinaloa (nord-est). L'habitation estimée à 3,6 millions de pesos, soit près de 150.000 euros, selon la page internet de la Loterie nationale. Elle fait partie d'un ensemble de lots mis en jeu le 15 septembre par le gouvernement pour un total de 12,5 millions de dollars.

"Restituer au peuple" des propriétés de narcotrafiquants

Le gouvernement veut "restituer au peuple" des propriétés de narcotrafiquants. D'ailleurs, le gouvernement mettra également en jeu une maison située dans le quartier luxueux de Pedregal, dans le sud de Mexico, qui appartenait à Amado Carrillo, le défunt chef du cartel de Juarez. Le gouvernement du président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador avait déjà tenté de vendre aux enchères sa maison ainsi que d'autres biens saisis au crime organisé, mais sans succès.

Courrier International précise que les autorités ont annoncé que "au cas où des étrangers seraient détenteurs de billets gagnants, ils ne pourront pas devenir les propriétaires des immeubles des zones frontalières, des plages ou des côtes du pays, en conformité avec la législation". Ils recevront une somme équivalente à la valeur du lot.

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze avec AFP Journaliste BFM Éco