BFM Immo
Avis d Expert

Vieillir chez soi : Quel budget faut-il prévoir pour adapter sa salle de bain?

Illustration d'une douche

Illustration d'une douche - pixabay

[AVIS D'EXPERT] Les chutes des personnes âgées dans leur salle de bain sont encore trop courantes et mortelles. Il est pourtant possible d'adapter cette pièce. Décryptage de Claire Viel, responsable éditoriale web et communication de Silver Leads.

Le président de France Silver Eco et directeur général d’EHPA Presse Luc Broussy le rappelait dans son rapport "Nous vieillirons ensemble" sur l'adaptation de habitat au vieillissement rendu en 2021, les chutes des personnes âgées entrainent chaque année près de 10.000 décès. En cause, les conséquences du vieillissement bien entendu (perte musculaire, baisse de la vision, apparitions de troubles ou de pathologies) mais aussi bien souvent un élément externe: un sol glissant, un élément difficile à enjamber, la présence de marches... Afin de lutter contre ce fléau, il est donc primordial d’adapter le parc de logements français au vieillissement, et en particulier les pièces à risque.

Si l’aide d’Action Logement a permis entre octobre 2019 et avril 2021 la réfection de la salle de bain de 100.000 ménages âgés, elle est aujourd’hui clôturée. L’organisme proposait alors de couvrir les travaux à hauteur de 5.000 euros. Mais combien coûte réellement la sécurisation de sa salle de bain?

Une douche sécurisée senior : c’est quoi?

Avant de définir le prix, il est important de rappeler ce qui caractérise une douche sécurisée. Également qualifié de "douche senior" ou "douche PMR", pour personne à mobilité réduite, l’équipement comprend plusieurs éléments:

  • Un receveur antidérapant pour éviter les glissades,
  • Une accessibilité maximale avec un bac de douche extra-plat et une ouverture large,
  • Des parois renforcées afin d’éviter le bris de verre,
  • Un mitigeur thermostatique pour prévenir les brûlures,
  • Des accessoires de maintien en option (siège rabattable et barres de soutien).

À ces spécificités techniques, s’ajoutent la dépose et l’évacuation de la baignoire (ou de la douche classique) présente à l’origine. La majorité des entreprises n’intervient pas sur le carrelage, elle dépose des plaques étanches directement sur la faïence. Cette technique a le mérite du chronomètre car les équipements sont, de ce fait, installés en un temps record, à savoir en 1 ou 2 jours seulement.

Adapter sa salle de bain au vieillissement : quel budget prévoir?

Qu’il s’agisse de remplacer une baignoire ou une douche classique avec bac surélevé, le budget nécessaire pour sécuriser sa salle de bain s’élève en moyenne à 5.000 €. Cependant, en fonction des entreprises, le montant à investir est susceptible de fortement osciller. Ainsi, les artisans proposent des devis variant de 2.500 à 6.000 €. Ce budget comprend le receveur plat et antidérapant, les revêtements de mur étanches, les parois en verre renforcé, le mitigeur thermostatique ainsi que l’installation du dispositif par un technicien professionnel.

La somme peut rapidement gonfler avec l’ajout d’options telles qu’un siège de douche (entre 150 et 1000 € pour les plus techniques), une barre d’appui (de 15 à 300 €) ou encore une rampe d’accès pour fauteuil roulant (de 100 à 200 €). Certains artisans proposent également de poser de la faïence plutôt que des plaques au mur. Il faut dans ce cas prévoir 1000 € supplémentaires environ ainsi que deux à quatre jours de pose.

Notons également qu’il existe des douches PMR spécifiquement conçues pour la circulation d’un fauteuil roulant. Exempt de marche, l’équipement comporte un receveur encastré au ras du sol ainsi que des ouvertures larges. Le budget pour ce type de dispositif est plus conséquent : de 8.000 à 9.000 € en moyenne.

Si l’on souhaite équiper complètement sa salle de bain, il faut savoir qu’un lavabo PMR (lavabo autoportant avec dimensions spécifiques) coûte entre 200 et 1.200 € et un WC surélevé entre 200 et 500€ (pose incluse).

Afin de faire le bon choix, il est hautement recommandé de réaliser plusieurs devis et de se renseigner sur la réputation de l’entreprise choisie. Il est par ailleurs important de rester vigilent sur d’autres points tels que la prise en charge de l’évacuation de la baignoire ou la durée de garantie de la colonne de douche.

Réduire les coûts en réalisant soi-même les travaux, une bonne idée?

Afin de réduire les coûts, de nombreux particuliers peuvent être tentées de se fournir auprès d’une enseigne de bricolage et de réaliser eux-mêmes les travaux. Outre la nécessité de posséder les qualifications techniques nécessaires, il est important de souligner le risque de se trouver confronté à des problèmes de malfaçons (évacuation, étanchéité…). On peut également décider d’acheter le matériel et de faire appel à un plombier pour la pose. Dans ce cas, il faut bien garder à l’esprit que de nombreuses aides financières ne seront dès lors plus accessibles.

Pour bénéficier par exemple du crédit d’impôt (dispositif soumis à condition de perte d’autonomie ou de handicap), l’entreprise qui réalise les travaux doit être la même que celle qui fournit les équipements. Par ailleurs, l’éligibilité à de nombreuses aides pour adapter son domicile est également conditionnée à l’obligation d’avoir recours à une entreprise agréée Qualibat, Handibat ou Silverbat.

Les plus modestes peuvent opter pour l’ajout d’une barre de maintien et d’un tapis de douche antidérapant pour un budget modique oscillant de 20 à 100 €. Cela peut constituer une réponse temporaire mais en aucun cas une solution pérenne car très peu sécurisée.

Soulignons enfin qu’une nouvelle aide pour adapter le logement au vieillissement, sur le modèle de MaPrimeRenov’, a été annoncée par Jean Castex le 23 septembre dernier: MaPrimeAdapt’. Son montant ainsi que les conditions pour y prétendre ne seront cependant dévoilés que dans le courant de l’année 2022.

Claire Viel, responsable éditoriale web et communication de Silver Leads