BFM Grand Littoral
Grand Littoral

Grande-Synthe: un camp de migrants démantelé, plus de 650 personnes évacuées

L'opération a débuté ce mardi matin et a pris fin en début d'après-midi. Depuis plusieurs semaines, le nombre d'exilés regroupés sur le site de l'ancienne sécherie Ringo avait plus que triplé, dépassant 1500.

Les forces de l'ordre ont commencé ce mardi matin à évacuer le camp de migrants de Grande-Synthe, qui comptait dernièrement plus d'un millier de migrants, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Une trentaine de cars de CRS ainsi que des agents de l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) et des agents de nettoyage de la ville se sont rendus sur place à partir de 8h.

Selon la préfecture du Nord, 663 personnes, réparties dans 23 bus, "ont ainsi accepté la mise à l'abri". L'opération a pris fin à 14h.

35 personnes interpellées

"Les mises à l’abri ont été réalisées, à l’écart du littoral, dans des centres d’hébergement répartis dans le Nord mais également d’autres régions françaises, a fait savoir la préfecture par voie de communiqué. Cette mise à l’abri permet aux personnes de disposer d’un répit et de se voir communiquer les droits dont elles disposent notamment la possibilité de demander l’asile en France, ainsi que d’être informées des aides existantes au retour dans le pays d’origine."

Les autorités notent par ailleurs que "35 personnes présumées passeurs ou se livrant à des activités délictuelles, en situation irrégulière" ont été interpellées au cours de l'opération.

Sur ce camp, situé sur le site de l'ancienne sécherie Ringo, le nombre de migrants présents avait plus que triplé en deux mois, passant de 400 début septembre à environ 1500 personnes récemment. Le nombre de migrants avait diminué dernièrement en raison de rumeurs du démantèlement, a rapporté un journaliste de BFMTV sur place.

Les migrants conduits dans des centres d'hébergement

La propriétaire du terrain évacué, Aurélie Ringo, qui souhaite réhabiliter les lieux, avait expliqué ce lundi sur l'antenne de BFM Grand Littoral que cette occupation des lieux était difficile à gérer pour elle.

"Ça a un coût colossal. Je paie toujours ma taxe foncière à la mairie de Grande-Synthe, je paie tout ce qu'il faut payer, et je n'ai aucune aide de l'État ", avait expliqué Aurélie Ringo.

Cette opération d'évacuation est menée à un moment de tensions diplomatiques entre Paris et Londres sur la question migratoire.

Gérald Darmanin s'est d'ailleurs entretenu ce lundi avec son homologue britannique Priti Patel, mais selon son entourage contacté par l'Agence France-Presse (AFP), ce démantèlement était "prévu à cette date indépendamment" de ces échanges. "C'était antérieur", insiste-t-on.

Dans la région, la situation migratoire s'est aggravée ces derniers temps avec une augmentation du nombre de tentatives de traversées de la Manche. Plus d'un millier de traversées ont notamment eu lieu jeudi dernier.

Florian Bouhot et Gauthier Hartmann avec AFP