BFM Grand Littoral

"On ne peut plus se nourrir": l'appel à l'aide d'une restauratrice du Boulonnais pour trouver du travail

Depuis la fermeture de son restaurant à cause de la crise sanitaire, Laurette, restauratrice de Saint-Martin-Choquel, ne peut plus se verser de salaire.

A la place des verres et des assiettes de ses clients, ce sont désormais lettre de motivation et CV qui sont posés sur le bar du restaurant de Laurette Goubelle. Après une longue carrière dans le monde du spectacle et gérante de son établissement depuis deux ans, cette restauratrice de Saint-Martin-Choquel, dans le Pas-de-Calais, n'aurait cru devoir un jour postuler dans des boîtes d'intérim ou lancer un appel à l'aide sur Facebook pour trouver du travail.

Mais depuis le premier confinement, Laurette n'a pu se verser de salaire et les aides apportées par l'Etat ne servent qu'à rembourser le loyer de son restaurant et ses autres frais professionnels. Trouver un emploi est donc devenu une question de survie pour cette restauratrice du Boulonnais.

"On ne peut plus se nourrir, on ne peut plus s'habiller, explique-t-elle à BFM Grand Littoral. On est au bout, je suis au bout du bout."

Sans perspective de rouvrir son établissement dans les semaines à venir, Laurette assure qu'elle donnerait "n'importe quoi pour retrouver un petit travail à mi-temps, même à temps plein, jusqu'à ce que l'ouverture du restaurant ait lieu".

"On nous prend tout du jour au lendemain"

Cette situation précaire est très difficile à vivre pour Laurette, qui voit des années d'efforts et de travail s'envoler à cause de la fermeture des restaurants durant la pandémie.

"J'ai tout donné pour construire ici et on nous prend tout du jour au lendemain, déplore Laurette au bord des larmes. C'est juste invivable."

"Je comprends les personnes qui sont au bout du rouleau ou qui ont des envies de suicide", assure la restauratrice. "Si je n'avais pas mes parents, mon ami dans ma vie, ça serait très difficile", pense-t-elle.

Laurette espère maintenant vite trouver un travail de secours en attendant de pouvoir rouvrir son restaurant, et en appelle à la solidarité de chacun.

Face aux indicateurs de l'épidémie encore trop élevés, les restaurateurs, cafetiers et gérants de bars ne devraient pas pouvoir rouvrir le 20 janvier comme prévu. Aucune date ultérieure n'a pour l'instant été annoncée par le gouvernement.

Mise à jour: après la diffusion de notre reportage, Laurette a été contactée pour un poste de 6 semaines au Distri Center de Lumbres. Elle espère que d'ici là, les restaurants pourront rouvrir.

Jérémy Mahieux avec Juliette Mitoyen