BFM Grand Littoral

Dunkerquois: une campagne de dépistage lancée jeudi, 2400 doses supplémentaires allouées aux personnes vulnérables

Le variant anglais est de plus en plus présent à Dunkerque.

Le variant anglais est de plus en plus présent à Dunkerque. - BFM Grand Littoral

Face à la flambée du variant britannique, l'Agence régionale de Santé proposera pendant deux jours un accès facilité au test. Dans le même temps, des vaccins du stock de sécurité régional seront débloqués.

Le cap des 70% a été franchi. Dans le Dunkerquois, la majorité des tests positifs au coronavirus sont synonymes de variant britannique, symbole de la flambée du virus mutant. En conséquence, l'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France a annoncé ce lundi le lancement d'une campagne de dépistage. Celle-ci prendra place jeudi et vendredi. Dans le même temps, les autorités sanitaires ont décidé d'accorder 2400 doses supplémentaires aux communautés de Dunkerque et des Hauts de Flandre.

"En complément de l’offre habituelle de dépistage, cette campagne a pour objectif, dans le contexte épidémique actuel, de faciliter l’accès au test au plus près des lieux de vie ou de travail des habitants, et ainsi d’inciter le plus grand nombre à se faire dépister, indique l'ARS dans un communiqué. Ces tests sont accessibles gratuitement, sans rendez-vous et sans ordonnance."

À Dunkerque, ces tests pourront être effectués au Kursaal, jeudi et vendredi, entre 9h et 17h. Les autorités sanitaires promettent un résultat en 15 à 20 minutes pour les tests antigéniques. En cas d'échantillon positif, un test PCR sera ensuite réalisé avant un séquençage.

D'autres sites ouvriront dans les Hauts de Flandre, entre 9h et 17h également. Le jeudi, la salle Emmanuel Looten de Bergues et la salle polyvalente de Cappelle-Brouck seront mobilisées, de même que la salle de la Briqueterie de Wormhout le vendredi.

Les taux d'incidence grimpent

En parallèle, les autorités sanitaires ont décidé d'attribuer aux communautés de Dunkerque et des Hauts de Flandres des vaccins supplémentaires. Selon l'ARS, 2400 doses "issues du stock de sécurité régional" seront allouées à ces zones.

"L’objectif est ainsi de repérer et prioriser ces personnes vulnérables à domicile via les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et les services d’hospitalisation à domicile, ainsi que les patients en chimiothérapie et en insuffisance rénale chronique via les structures hospitalières qui les prennent en charge", est-il précisé.

Ce lundi, le taux d'incidence se situe à 658 cas/100.000 habitants dans la communauté urbaine de Dunkerque et à 612 dans la communauté de communes des Hauts de Flandre. À Dunkerque, il était estimé à 384 il y a une semaine.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions