BFM Grand Littoral
Grand Littoral

Côte d'Opale: de plus en plus de méduses s'échouent sur les plages

Ces dernières semaines, de nombreuses méduses se sont échouées sur le sable de la Côte d'Opale. Si ce phénomène est récurrent, cette année une hausse est à constater.

À marées basses sur les plages de la Côte d'Opale, impossible de faire vingt mètres sans en croiser une. Ces dernières semaines, de nombreuses méduses bleues se sont échouées sur le sable.

"Elles sont apparues, à peu près, il y a deux semaines, confie un baigneur à BFM Lille. Et là, il y en a de plus en plus. Je n'en vois pas dans l'eau pour l'instant, j'ai de la chance, je n'ai pas été piqué."

Un phénomène récurrent

Si le phénomène n'a rien d'extraordinaire à cette période -les méduses naissent au début du printemps et meurent à la fin de l'été, avant d'être ramenée sur les plages par les courants au début de l'automne- cette année, une hausse est constatée.

"C'est vraiment exceptionnel, surtout beaucoup comme ça, déclare un pêcheur. Quelques fois, on en voit une ou deux par-ci, par-là. Mais là, non, il y en a eu beaucoup."

De nombreuses causes sont à l'origine de ce phénomène, notamment le "changement climatique et le réchauffement des océans", indique Dominique Mallevoy, directeur de l'Aquariologie à Nausicaá à Boulogne-sur-Mer. Mais d'autres raisons pourraient également responsables de la hausse de l'échouage.

"C'est parfois dû à une certaine pollution, ajoute-t-il. C'est aussi dû à la surpêche qui, à la fois, enlève des prédateurs et donne plus à manger aux méduses finalement. Tous ces phénomènes font en sorte qu'on retrouve de plus en plus de méduses dans les océans."

Les méduses devraient disparaître dès le début de l'hiver, mais risquent d'être encore plus nombreuses à l'automne prochain. Note aux promeneurs: même échouées, elles peuvent encore piquer.

Florine Kurek et Solenne Bertrand