BFM Lille

Lille: des militants qui tentaient d'occuper un bâtiment appartenant à la ville délogés

Des militants ont tenté d'occuper dimanche un bâtiment appartenant à la municipalité de Lille pour le transformer en "maison de lutte contre les précarités"

Des militants ont tenté d'occuper dimanche un bâtiment appartenant à la municipalité de Lille pour le transformer en "maison de lutte contre les précarités" - Utopia56

Environ 80 militants du collectif Gaïa ont tenté d'investir dimanche matin ce vaste bâtiment entouré d'un parc, qu'ils disent inoccupé depuis 10 ans.

Des militants ont tenté d'occuper ce dimanche un bâtiment appartenant à la municipalité de Lille pour le transformer en "maison de lutte contre les précarités" et y loger des personnes en difficulté, mais ont été délogés par les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès du collectif et de la préfecture.

"Seize personnes avaient réussi à monter sur le toit du bâtiment" mais sont redescendues après une négociation avec le RAID, a indiqué la préfecture du Nord en début d'après-midi.

"Des militants ont été plaqués au sol et l'un d'entre eux s'est pris un tir de LBD à la jambe", a dénoncé Orlane Marris, coordinatrice de l'association Utopia56 à Lille et membre du collectif Gaïa, à l'origine de la tentative d'occupation.

Un bâtiment occupé depuis 10 ans?

Environ 80 militants de ce collectif avaient tenté d'investir dimanche matin ce vaste bâtiment entouré d'un parc, qu'ils disent inoccupé depuis 10 ans. Le site internet de la mairie présente le bâtiment comme un institut médico-éducatif pour enfants handicapés.

"Alors que plus de 3.000 personnes sans-abri survivent dans la métropole lilloise, ce bâtiment, vide depuis une décennie, fait partie des 8,3% de logements vacants du parc immobilier français", dénonce le collectif dans un communiqué, disant vouloir le transformer en "lieu de vie inter-associatif autogéré" qui permettra notamment à "une dizaine de personnes non-logées de trouver un toit".

Le collectif demande à la municipalité "la signature d'un bail d'occupation précaire" ainsi que "la prise en charge à titre gratuit des fluides et de l'assurance en contrepartie du gardiennage du lieu".

Selon Orlane Marris, plusieurs tentatives de prises de contact ont été faites depuis le mois de novembre mais la municipalité n'a pas souhaité engager le dialogue. Elle a déploré que la mairie ait "envoyé les CRS" dimanche matin sans venir à la rencontre des militants.

La mairie de Lille n'était pas immédiatement joignable pour réagir à cette tentative d'occupation.

Les élus du groupe d'opposition Lille Verte ont quant à eux apporté leur soutien au collectif Gaïa.

Cy.C avec AFP