BFM Lille

Hauts-de-France: vague de cambriolages d'artisans depuis le printemps, trois personnes interpellées

Illustration gendarmerie.

Illustration gendarmerie. - Loic Venance - AFP

Ils ont été interpellés "dans la nuit du 3 au 4 août en flagrant délit", par la section de recherches de la région de gendarmerie Hauts-de-France et la brigade de recherches de Saint-Omer.

Trois personnes originaires d'Europe de l'Est ont été interpellées pour plus de 300 vols avec effraction de matériel et outillage ciblant depuis le printemps des artisans du bâtiment dans les Hauts-de-France, a annoncé vendredi la gendarmerie régionale.

"Alors que l'enquête continue et qu'une information judiciaire est ouverte, les trois individus", âgés d'une trentaine d'années et, selon une source proche de l'enquête, originaires d'un pays membre de l'Union européenne, ont été placés sous mandat de dépôt et écroués à la fin de leur garde à vue, a indiqué la Région de gendarmerie Hauts-de-France dans un communiqué.

Sous surveillance dans le cadre d'une enquête menée par la section de recherches de la région de gendarmerie Hauts-de-France, et la brigade de recherches de Saint-Omer, ils ont été interpellés "dans la nuit du 3 au 4 août en flagrant délit", alors qu'ils entamaient "un nouveau raid dans les Hauts-de-France".

Les perquisitions ont permis "de retrouver du matériel volé ainsi que de l'outillage dont la provenance doit encore être définie".

"Un groupe criminel structuré originaire des pays de l'est"

L'enquête avait été ouverte après qu'en juin, le groupement de gendarmerie du Pas-de-Calais a identifié "un phénomène de vol par effraction au préjudice d'artisans du bâtiment".

Les investigations ont permis "d'identifier rapidement un groupe criminel structuré originaire des pays de l'est, ayant sa base arrière en Belgique" derrière ces cambriolages, 313 recensés jusque-là. S'étendant sur les départements du Pas-de-Calais, en particulier dans l'Audomarois, du Nord et de la Somme, ils portaient "principalement sur de l'outillage électroportatif".

"Les excellentes relations avec la police judiciaire fédérale de Charleroi (Belgique) ont été déterminantes dans cette affaire", a relevé la gendarmerie.

S.B. avec AFP