BFM Lille

Des tests massifs à Lille dans les prochaines semaines? Le préfet du Nord "l’espère vivement"

Michel Lalande, préfet du Nord.

Michel Lalande, préfet du Nord. - MIGUEL MEDINA / AFP

Le préfet du Nord Michel Lalande assure que les "protocoles sont en train d'être finalisés", en vue du lancement d'une campagne de tests au Covid-19.

Ce n'est plus qu'une question de temps. Michel Lalande, préfet du Nord, a confirmé ce lundi matin le déploiement prochain d'une campagne massive de dépistages au Covid-19 dans la Métropole européenne de Lille (MEL) et plus largement dans le département.

"Le directeur général de l'ARS, Benoît Vallet, s'est exprimé vendredi dernier sur cette question en disant que oui, des campagnes de tests vont être déployées sur la MEL dans les prochains jours, dans les prochaines semaines", a-t-il déclaré au micro de France Bleu Nord.

Ces tests seront-ils faisables rapidement? "Je l'espère vivement", ajoute le préfet précisant que des protocoles "sont en train d'être finalisés". Ce mardi, la préfecture précise néanmoins auprès de BFM Grand Lille qu'il s'agit encore d'une "hypothèse de travail". Il n'y a "rien de concret pour le moment sur la mise en oeuvre" ajoute-t-on.

Un nouveau protocole d'isolement à l'étude

Cependant cette campagne massive devait se faire, elle devrait impérativement être suivie d'un dispositif d'isolement efficace. Sur ce sujet également, "de nouveaux protocoles sont en train d'être travaillés (...) et seront rendus publics dans les prochains jours", a expliqué Michel Lalande à France Bleu.

"Pour que ce système 'dépister, tracer et confiner' fonctionne, il faut d’abord qu’on maîtrise la maladie, a-t-il relevé. Quand nous la maîtrisons, il faut ensuite qu’on puisse identifier les personnes qui sont atteintes de manière à les confiner. C’est-à-dire de leur demander de rester chez elles si elles le peuvent ou de pouvoir être mises en protection dans un patrimoine que l’administration leur propose. C’est sur ce volet-là pour ma part que je travaille."

Si la "menace de la sanction" pourrait être agitée pour toute personne ne respectant pas les mesures d'isolement, Michel Lalande estime qu'il est avant tout "nécessaire" de lancer un appel à la responsabilité.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions