BFM Lille

Dans le Nord, la sécheresse fait plonger la production de miel

Faute de fleurs à butiner après plusieurs mois extrêmement secs dans le Nord, les abeilles ont produit très peu de miel cet été. Une catastrophe économique pour les apiculteurs.

Malgré le retour récent de la pluie, l'été a été exceptionnellement sec dans le Nord-Pas-de-Calais. Cette sécheresse a eu de lourdes conséquences, notamment pour les apiculteurs de la région et leurs abeilles.

Avec de telles conditions météorologiques, les fleurs n'ont en effet pas fourni assez de nectar à ces petits insectes. Sans cette substance, les abeilles n'ont donc pas pu produire autant de miel que lors d'un été ordinaire.

Dans les ruchiers de Thomas Devienne, apiculteur nordiste de la société Apis Urbana, c'est la pénurie. "Il n'y a rien, déplore-t-il au micro de BFM Grand Lille et Grand Littoral en examinant les cadres désespérément vides de ses ruches.

"C'est le troisième été compliqué"

Pour les apiculteurs comme lui, qui vendent leur production au prix de 8 euros le kilo, le chiffre d'affaires de la récolte d'été sera fortement impacté par la sécheresse des mois derniers.

"J'avais prévu de faire entre 600 et 700 kilos. On est à peu près à 200 kilos, c'est le troisième été compliqué sur la métropole lilloise", explique Thomas Devienne.

Outre la chute de sa production de miel, l'apiculteur s'inquiète également pour la survie de ses colonies d'abeilles, qui n'ont plus suffisamment de fleurs pour se nourir. Pour empêcher une famine, Thomas Devienne pense à leur donner du sirop de betterave, qui "n'est pas là pour remplacer le miel qui sera vendu", mais pour sauver les colonies qui ont besoin de se nourrir cet hiver".

Mais dès l'année prochaine, les abeilles du Nord-Pas-de-Calais auront un nouvel ennemi: les néonicotinoïdes. L'utilisation de ces insecticides tueurs d'abeilles, auparavant interdite, vient d'être réautorisée pour soutenir la filière de la betterave, touchée par la jaunisse nanisante, malgré des solutions alternatives pour lutter contre cette maladie.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions