BFM Lille

Covid-19: le préfet du Nord met en garde contre de possibles restrictions à Dunkerque et Maubeuge

Photo d'illustration

Photo d'illustration - François WALSCHAERTS / AFP

Les restrictions qui entrent en vigueur ce lundi dans la métropole lilloise pourraient bientôt toucher le Maubeugeois et le Dunkerquois si la situation épidémiologique ne s'améliore pas.

Fermeture des bars à 22 heures, interdiction de la vente d'alcool après 20 heures, rassemblements limités à dix personnes dans l'espace public: ce lundi, de nouvelles mesures restrictives, prises par la préfecture du Nord, entrent en vigueur dans la métropole lilloise, où l'épidémie de Covid-19 continue de gagner du terrain.

Invité de France Bleu Nord ce lundi matin, le préfet Michel Lalande a mis en garde les habitants des agglomérations de Dunkerque et Maubeuge, assurant que des restrictions pourraient également y être appliquées pour limiter la propagation du coronavirus:

"On ne peut pas l'exclure, compte tenu de l'incidence de la circulation du virus sur la communauté urbaine de Dunkerque et le Maubeugeois", a déclaré le préfet.

Michel Lalande assure explique s'être "entretenu avec leurs responsables ce week-end" et "ne pas écarter" un durcissement des réglementations. "D'où la nécessité de prendre des initiaives qui mettent la lutte contre le virus au centre de toutes les préoccupations", a ajouté le préfet du Nord.

"Pas de saturation" dans les hôpitaux du Nord

Concernant la situation dans les hôpitaux du département, Michel Lalande s'est tout de même voulu rassurant, expliquant que les services de réanimation n'étaient pour l'instant pas saturés, notamment à Lille.

"Il y a une augmentation lente mais régulière des hospitalisés atteints du coronavirus, mais pas de saturation", a-t-il précisé. C'est une bonne nouvelle extrêmement conjoncturelle", a-t-il nuancé.

Le préfet du département a de nouveau appelé à respecter scrupuleusement les gestes barrières. "Il s'agit d'éviter la catastrophe qui s'annonce, c'est à dire un nouveau confinemement", a-t-il mis en garde.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions