BFMTV

Sans surprise, 2020 sera l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées

Au-dessus de 1,5°C, le réchauffement climatique aurait des conséquence désastreuses sur l’environnement

Au-dessus de 1,5°C, le réchauffement climatique aurait des conséquence désastreuses sur l’environnement - Chris Larsen - AFP

Au regard de l'évolution des températures ces dernières décennies, des chercheurs du Met Office britannique prédisent que le mercure devrait être supérieur d'environ 1,1°C aux relevés pré-industriels.

L'année 2019 n'a cessé de battre des records de chaleur. Sans surprise, 2020 devrait elle aussi voir le mercure monter très haut dans de nombreux pays, rapporte The Guardian. Elle devrait ainsi être l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées, avec des températures globales supérieures d'environ 1,1°C à la moyenne de celles d'avant l'ère industrielle, selon le Met Office, le service de météo national britannique.

Leurs prévisions pour 2020 se basent sur des observations des évolutions des dernières années, au cours desquelles le mercure est régulièrement monté au-dessus du degré de différence par rapport aux relevés pré-industriels. Pour les scientifiques, ça ne fait aucun doute: ces augmentations sont liées à l'activité humaine et ne sont pas uniquement le fait de phénomènes naturels tels que le courant El Nino, qui réchauffent l'atmosphère.

De 2015 à 2019, 4% d'émissions de CO2 en plus

Si les prévisions des chercheurs du Met Office sont correctes, le monde se rapprochera donc, l'année prochaine, de la catastrophe climatique prévue dans les années à venir. Les scientifiques ont en effet déjà mis en garde: un réchauffement de plus de 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle aurait des effets désastreux sur le climat. Cela pourrait arriver dans seulement deux décennies.

Les émissions de gaz à effet de serre ne montrent effectivement aucun signe de ralentissement, et ont été, en 2019, supérieures de 4% à celles enregistrées en 2015, année de la signature de l'accord de Paris sur le climat. Ces derniers mois, de nombreux scientifiques ont lancé des appels, notamment aux dirigeants mondiaux, les exhortant à prendre des mesures de grande ampleur pour endiguer le réchauffement climatique. Mais pour certains chercheurs, la planète bleue a d'ores et déjà atteint des points de non-retour.

Juliette Mitoyen