BFMTV

INFOGRAPHIES. 10 ans après Fukushima, la production d'énergie nucléaire augmente toujours dans le monde

La centrale de Cattenom, située en Moselle

La centrale de Cattenom, située en Moselle - SEBASTIEN BERDA / AFP

Si elle reste minoritaire par rapport aux énergies fossiles ou hydrauliques, la production d'énergie nucléaire augmente chaque année, principalement dans les pays émergents dotés de grandes populations.

En 2011, 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, l'accident de Fukushima rappela au monde entier les dangers potentiels de l'industrie nucléaire. Dix ans plus tard, quelles sont les conséquences de l'incident japonais sur la production d'énergie nucléaire dans le monde? BFMTV fait le point.

Les années 2000, apogée du nucléaire et des énergies renouvelables

Pour répondre à cette question, il faut revenir au début du XXIème siècle. Cette époque marque l'apogée de l'énergie nucléaire, qui fournit en 2002 davantage d'électricité que tous les barrages du monde entier réunis. En 2006, la production d'énergie nucléaire dans le monde atteint un taux historique: 2759 térawatt-heure (TWh).

Après ce record, la production d'énergie nucléaire se stabilise... notamment au bénéfice des énergies renouvelables (eau, soleil, vent), qui se développent de plus en plus vite. C'est dans ce contexte que survient l'accident de Fukushima, qui va marquer un recul sans précédent de la production d'énergie nucléaire au niveau mondial.

Le Japon, l'Allemagne et la France ont baissé leur production d'énergie nucléaire depuis 2011

La baisse globale est en fait principalement dûe à l'arrêt brutal des réacteurs japonais, qui redémarront progressivement à partir de 2015. Dans le reste du monde, seule l'Allemagne décide de changer complètement sa politique énergétique après l'accident de Fukushima. Entre 2010 et 2020, la production d'énergie nucléaire a été divisée par deux outre-Rhin.

La France a elle aussi réduit sa production d'énergie nucléaire lors de la dernière décennie, passant de 442 TWh en 2011 à 355 TWh en 2020. Une petite baisse comparée à l'Allemagne certes, mais tout de même notable pour notre pays, qui reste le plus dépendant à l'atome dans le monde. En 2020, 67% de notre électricité était générée par de l'énergie nucléaire, alors que cette part fluctuait entre 75 et 80% depuis les années 1990.

En réalité, comme le montrait le premier graphique de cet article, la production mondiale d'énergie nucléaire ne s'est jamais vraiment effondrée après l'accident de Fukushima.

En Corée du Sud et à Taïwan, on a certes noté une légère diminution de la production lors de la dernière décennie mais aucun tournant radical comme en Allemagne. Sur le Vieux continent et en Amérique, la plupart des pays dotés de centrales ont quant à eux stabilisé ou légèrement diminué leur production d'énergie nucléaire depuis 2011.

De plus en plus d'énergie nucléaire produite dans le monde

Plusieurs pays ont a contrario considérablement augmenté leur production d'énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima. C'est notamment le cas de la Chine, pourtant voisine du Japon, qui entre 2010 et 2020, a quasiment multiplié par 5 sa production d'énergie nucléaire, passant de neuvième à troisième plus gros producteur au monde.

Dans des proportions bien moins importantes que la Chine, l'Inde a doublé sa production d'énergie nucléaire sur les 10 dernières années tandis que le Pakistan l'a triplée. La Russie a également augmenté sa production lors dela dernière décennie, tandis que l'Iran s'est lancé sur le marché. Le point commun entre tous ces pays? Une forte population, combinée à une économie en croissance au début de la décennie.

Résultat: en 2019, 2756 TWh d'énergie nucléaire ont été produites dans le monde, un total très proche du record de 2006 (2759 TWh). Ce chiffre devrait être largement dépassé dans les prochaines années car des dizaines de réacteurs se construisent un peu partout dans le monde, notamment en Asie - 10 en Chine, 7 en Inde, 4 en Corée du Sud, 2 au Bangladesh, 2 au Pakistan, 2 à Taïwan, 2 en Turquie...

dossier :

Fukushima

Louis Tanca Journaliste BFMTV