BFMTV

Glyphosate: la FNSEA va proposer "200 solutions" pour réduire la part des produits phytosanitaires

Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA

Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA - Ludovic Marin-AFP

Le premier syndicat agricole, la FNSEA, va présenter lundi au Salon de l'agriculture un "contrat de solutions" visant à réduire l'utilisation de produits phytosanitaires et à supprimer le glyphosate, mais dans un délai supérieur à trois ans, selon sa présidente.

"La suppression du glyphosate en trois ans pas réalisable"

Ce "contrat de solutions pour répondre aux attentes sociétales et réduire l'utilisation de produits phytosanitaires" a été "conçu avec 35 organisations agricoles, des associations de producteurs et des instituts de recherche, comme l'Inra", précise Christiane Lambert dans un entretien au Journal du dimanche (JDD).

"Notre objectif est de proposer une trajectoire de solutions, et non d'interdictions, en se donnant le temps pour mettre en place des actions concrètes", explique la dirigeante syndicale.

La FNSEA va proposer "200 actions réparties en huit grands thèmes", dont certaines "seront mises en place immédiatement, d'autres d'ici deux à trois ans, ou davantage pour la suppression du glyphosate par exemple". "Même l'Inra reconnaît que la suppression totale du glyphosate en trois ans, comme le souhaite Emmanuel Macron, n'est pas réalisable", affirme Christiane Lambert.

"De 5% à 15% l'utilisation des produits de biocontrôle"

Ces thèmes sont "l'innovation variétale, la robotique, les outils numériques, la recherche de nouvelles molécules, l'amélioration des pratiques agronomiques, le biocontrôle, les démarches (par) filières et territoires et les conseils et formations", détaille-t-elle. 

"Notre ambition est d'être en concordance avec le plan Ecophyto II qui prévoit une diminution de l'utilisation des produits phytosanitaires de 25% en 2020 et de 50% d'ici 2025", précise la présidente de la FNSEA.

"Parmi nos engagements, nous souhaitons porter de 5% à 15% le taux d'utilisation des produits de biocontrôle dans les solutions utilisées en agriculture d'ici à cinq ans", indique-t-elle encore. "Avec plus de moyens et de solutions, nous pourrions aller au-delà."

Dans Le JDD, Nicolas Hulot, qui s'est pourtant battu l'an dernier pour une sortie du glyphosate en trois ans, s'est dit prêt à envisager des "exceptions".

C.H.A. avec AFP