BFMTV

Au Japon, une baleine coincée dans des filets de pêche depuis douze jours

Les organisations de protection animale demandent sa libération, craignant que le cétacé meure de faim s'il n'est pas rapidement secouru.

Prise au piège depuis 12 jours. Une baleine, coincée dans une zone où se trouvent des filets de pêcheurs, a été repérée le 25 décembre à côté du port de la ville japonaise de Taiji, par Life Investigation Agency et Dolphin Project, deux organisations de protection des animaux. Ce mercredi, elle s'y trouvait encore, selon l'ONG Sea Sheperd auprès de BFMTV.

Sur les images aériennes de la zone, on peut voir que le mammifère est coincé dans une zone encadrée par des filets, qui descendent dans l'eau, ce qui l'empêche donc de partir, mais aussi de plonger en profondeur. D'après les observateurs sur place, la baleine montre des signes de fatigue, et risque de mourir de faim si elle n'est pas bientôt libérée.

"Normalement, la baleine plonge profondément et remonte de temps en temps à la surface. Mais comme elle est piégée elle ne peut plus plonger, le filet la retient par la tête et le dos", explique Ren Yabuki, directeur de l'ONG Life Investigation Agency, repris par le média Brut. "Elle essaye de s'échapper mais n'y arrive pas. Donc elle tourne sur elle-même, c'est devenu son comportement quotidien".

Selon l'activiste, les pêcheurs ont "abandonné" la baleine et "attendent qu'elle meure". Il en appelle à la coopérative des pêcheurs de Taiji pour que l'animal soit libéré. Une baleine à bosse, piégée au même endroit le 29 novembre, avait été libérée dès le 30 du même mois.

Cette baleine "doit être de plus en plus en détresse et ne devrait pas avoir à endurer de telles souffrances inutiles. Nous implorons l'agence des pêcheurs japonaise d'intervenir pour libérer cette baleine", déclare dans The Independent, Georgie Dolphin, de Humane Society International, une organisation de protection des animaux.

"Il faut que les pêcheurs libèrent cette baleine"

Afin de sauver le cétacé, "il faut mobiliser l'opinion internationale, il faut faire pression sur le Japon, pour qu'ils la libèrent, il n'y a sans doute que cela qui peut influer sur son destin", estime sur BFMTV Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, "il faut que les pêcheurs libèrent cette baleine, coupent les filets et la laissent partir".

Elle déclare également qu'il "y a plus de 300.000 mammifères marins qui sont tués chaque année par les filets de pêche déployés dans l'océan" et qu'aujourd'hui "la première menace qui pèse sur l'océan en général, notamment les baleines, ce n'est pas la pollution - même si c'est un problème - ce n'est pas le changement climatique, c'est la pêche".

Outre les animaux qui sont pris dans les filets de ses pêcheurs, la commune de Taiji est régulièrement mentionnée pour sa chasse annuelle de dauphins, qui entraîne la capture chaque année de centaines de bêtes, qui sont tuées ou revendues.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV