BFM Business

TOUT COMPRENDRE - Le retour des farines animales, 20 ans après la "vache folle"

La Commission européenne a de nouveau autorisé l'utilisation de protéines animales dans l'alimentation des animaux d'élevage, à l'exception des ruminants.

Dans les années 90, les farines animales affolaient toute l'Europe avec la crise de la vache folle. Vingt ans après, la Commission européenne a revu sa copie. Elle sont à nouveau autorisées à la vente, mais sous une forme totalement différente.

À l'époque, les farines animales étaient produites à partir d'os broyés de bovins malades ou retrouvés morts. Elles étaient ensuite destinées à nourrir d'autres bovins. C'est ainsi que l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), une maladie nerveuse, dégénérative et mortelle, aussi appelée maladie de la vache folle, a proliféré.

Problème, la maladie a pu franchir la barrière des espèces et se transmettre au consommateur humain sous la forme d'une variante de la maladie de Creutzfeld-Jakob. Le premier cas en France a été identifié en 1991. Cette dégénérescence du système nerveux a provoqué la mort d'au moins une centaine de personnes dans le monde, dont une vingtaine en France.

"À l’époque, les farines animales, c'était un peu gore", mais "on n'est plus du tout sur le même produit", assure Christiane Lambert, la présidente de la fédération des syndicats agricoles majoritaires européens (Copa) et du syndicat français FNSEA, citée par l'AFP.

Aujourd'hui, les farines animales sont fabriquées à partir de morceaux de carcasses broyées (museaux, pattes, os...) issues d'animaux sains. Une évolution majeure par rapport aux années 90.

• Quels animaux sont concernés par cette nouvelle loi?

Officiellement, depuis cette semaine, il est à nouveau possible de nourrir les volailles et les porcs avec des "protéines animales transformées" (PAT), selon un texte publié le 18 août au Journal officiel de l'Union européenne. Les PAT issues de volailles pourront nourrir les porcs, et les PAT de porcs, les volailles.

Les poissons d'élevage et les animaux de compagnie pouvaient déjà être nourris avec ces farines. Par contre, il reste interdit de les utiliser pour nourrir les ruminants, à savoir les bovins, mais aussi les chèvres et les moutons.

• Quel intérêt pour les éleveurs?

Pour les éleveurs, ces farines issues d'animaux fabriquées à proximité présentent surtout un atout économique. Elles pourraient permettre de s'affranchir de la dépendance aux protéines végétales importées, à l'image du soja brésilien, qui nourrissent les animaux d'élevages.

Rien qu'en deux mois, entre juillet et septembre 2021, l'Union européenne a importé plus de 2 millions de tonnes de soja, d'après les chiffres des douanes, dont 2,2 millions de tonnes de tourteau de soja (aliment) et 0,99 million de tonnes d'huile.

En pleine flambée des prix des céréales et oléagineux, l'argument fait mouche.

"Nos coûts, à 70%, c'est l'alimentation. Quand on peut chercher des gains, même des petits centimes, on va aller les chercher", déclarait à l'AFP François Valy, président de la section porcine de la FNSEA.

Maisla réintroduction des farines animales dans l'alimentation des volailles et des porcs nécessite une "rigueur absolue" pour éviter tout risque de contamination.

• Quelle est la position de la France sur le sujet?

La quasi-totalité des Etats membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert en mai à un assouplissement concernant l'utilisation des farines animales, à l'exception de l'Irlande et de la France qui se sont abstenues.

En France, la situation reste en suspens. Le ministère de l'Agriculture indiquait la semaine dernière à l'AFP avoir demandé un nouvel avis à l'Agence nationale de sécurité sanitaire pour "se positionner" sur le sujet.

Dans un avis publié cet été, cette dernière recommandait de "respecter strictement" la règle de séparation des espèces, de l'abattoir jusqu'à la livraison chez l'éleveur. Il s'agit notamment d'éviter tout cannibalisme: ne pas donner à manger du cochon aux cochons.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech