BFM Business

Sécheresse: des aides supplémentaires accordées aux agriculteurs et éleveurs

Des plants de maïs souffrent de la sécheresse à Bonnetable le 5 août 2020

Des plants de maïs souffrent de la sécheresse à Bonnetable le 5 août 2020 - JEAN-FRANCOIS MONIER © 2019 AFP

Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, annonce des aides supplémentaires pour les agriculteurs et éleveurs, en raison de la persistance de la sécheresse.

Le gouvernement va permettre l'ouverture du régime des indemnisations pour "calamités" aux agriculteurs et éleveurs victimes de la sécheresse qui devraient aussi bénéficier de dégrèvements fiscaux pour les aider dans leur trésorerie, a annoncé ce vendredi le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie.

"On prend des mesures exceptionnelles pour accompagner les agriculteurs face à des épisodes de sécheresse qui ne cessent de se répéter", a déclaré sur franceinfo le ministre qui a aussi confirmé qu'une "part significative" du volet agricole du plan de relance de l'économie devant être annoncé le 25 août sera consacrée à "l'adaptation de nos cultures au changement climatique".

Parmi les mesures d'urgence, Julien Denormandie a évoqué le versement anticipé d'acomptes "plus élevés" de la PAC, et des "dégrèvements sur la taxe foncière que paient les agriculteurs" pour les régions les plus sinistrées.

Le volet agricole du plan de relance de l'économie

Concernant l'adaptation de l'agriculture française aux bouleversements climatiques et le volet agricole du plan de relance de l'économie présenté le 25 août, le ministre a cité trois exemples:

  • le financement de l'achat de matériaux de protection contre la grêle
  • le financement de la recherche pour trouver des semences plus adaptées aux bouleversements climatiques
  • l'amélioration de la gestion des ressources, en particulier en eau.

Simplifier les procédures des bassins de retention d'eau

"Après la sécheresse, il y a des orages très violents, de la grêle: aujourd'hui, on a des matériaux pour se protéger contre ces phénomènes, qui coûtent cher, il faut pouvoir les financer pour accompagner nos agriculteurs", a ajouté le ministre qui se rend ce vendredi dans deux exploitations de Haute-Garonne.

Pour la gestion de l'eau, M. Denormandie a jugé "absolument pas normal" qu'un projet de construction de bassin de rétention d'eau puisse "prendre 8 à 10 ans" et évoqué des "mesures de simplification" à engager "dans la concertation" afin d'éviter "les conflits d'usage".

Des dérogations pour la valorisation des jachères

Il y a deux jours, le ministère de l'Agriculture a autorisé de nouveaux départements à bénéficier de dérogations sur les jachères et les cultures dérobées, c’est-à-dire intercalées entre deux cultures principales annuelles.

Ainsi, il a été décidé d'élargir la dérogation permettant aux éleveurs concernés par un manque de fourrage de valoriser leurs jachères à 15 nouveaux départements. De même, 29 nouveaux départements peuvent décaler la date de début de présence des cultures dérobées, en l'absence d'amélioration notable des précipitations prévues sur les prochaines semaines.

F.B. avec AFP