BFM Business

Sans Paris, chaque Français serait 15% plus pauvre

-

- - -

Avec un poids de plus de 30% dans le PIB français, Paris est l'une des capitales européennes qui pèsent le plus dans l'économie de son pays. Sans elle, la France reculerait de 4 places dans le classement mondial des pays les plus riches.

"Paris et le désert français". Ce livre publié en 1947 par le géographe Jean-François Gravier a eu une grande influence sur la politique française et a inspiré les lois Defferre sur la décentralisation de 1983. Mais force est de constater que plus de trois décennies après ces lois, la France reste encore très dépendante de sa capitale. C'est ce qui ressort d'une étude publiée par le Cologne Institute for Economic Research. Les auteurs ont calculé ce que perdrait, en terme de PIB par habitant, chacun des grands pays d'Europe si on les amputait de leur capitale. 

Et il s'avère qu'après la Grèce, la France est, en Europe, le pays le plus dépendant de sa capitale. Sans Paris et l'Ile-de-France en effet, le PIB par habitant serait pour chaque Français 15% inférieur à celui d'aujourd'hui. La France qui avec 38.575 dollars est classé 21ème mondial en terme de PIB par habitant (selon le FMI) ne serait plus que 25ème avec 32.788 euros. En effet, si un cinquième de la population française vit en Ile-de-France, la région pèse à elle seule le tiers du PIB global du pays.

Si la Grèce est encore plus dépendante d'Athènes que ne l'est la France de Paris, dans tous les autres la richesse est mieux répartie. La Grande-Bretagne est ainsi bien moins dépendante de Londres. Sans la capitale britannique, le PIB par tête ne serait réduit que de 11%. Londres et son agglomération représentent tout de même près du quart du PIB global du pays. Mais cette proportion est moindre qu'en France (un tiers).

Les Allemands plus riches sans Berlin

Mais seuls les pays dont la capitale politique n'est pas la capitale économique, ne souffriraient pas de se voir amputer de la ville où siège leur gouvernement. C'est notamment le cas de l'Italie. Rome n'est pas le centre industriel et économique de l'Italie, ce rôle étant dévolu à Milan. Résultat, sans leur ville éternelle, les Italiens seraient peu impactés sur le plan économique (-2,1% de PIB par habitant). En Allemagne, c'est encore plus flagrant. Après la guerre, découpée et isolée au milieu d'un territoire hostile, Berlin a perdu son poids économique qu'elle n'a toujours pas retrouvé depuis la réunification. Son poids est estimé aujourd'hui à 124,6 milliards d'euros quand celui de Paris, par exemple, dépasse les 700 milliards. Résultat: sans Berlin, le PIB par tête des Allemands serait... supérieur de 0,2%. 

-
- © -
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco