BFM Eco

Retraite: 5 syndicats appellent à revaloriser les pensions agricoles actuelles à 85% du Smic

L'ensemble des syndicats agricoles a appelé lundi le gouvernement à revaloriser à 85% du salaire minimum les pensions des retraités agricoles actuels.

L'ensemble des syndicats agricoles a appelé lundi le gouvernement à revaloriser à 85% du salaire minimum les pensions des retraités agricoles actuels. - Jean-François Monier-AFP

L'ensemble des syndicats agricoles a appelé lundi le gouvernement à revaloriser à 85% du salaire minimum les pensions des retraités agricoles actuels, qui ne seront pas concernés par la future réforme des retraites.

La Confédération paysanne, la Coordination rurale, La FNSEA, les jeunes agriculteurs et le Modef demandent unanimement que "le gouvernement et les parlementaires instaurent une revalorisation immédiate des retraites agricoles à 85% du salaire minimum pour les pensionnés actuels dans le cadre du projet de loi (...) avec prise d'effet immédiate".

Pourtant, Emmanuel Macron avait jugé, lors de l'inauguration du salon de l'Agriculture le 22 février, qu'il était "impossible" de revaloriser les pensions de retraite actuelles des agriculteurs à 85% du Smic, une mesure prévue dans le futur système mais qui coûterait trop cher à appliquer aux agriculteurs déjà à la retraite.

Une mesure à 1,1 milliard d'euros ?

"Je ne peux pas gérer l'avenir et le passé en même temps. Je ne vais pas vous mentir. Enfin vous voyez déjà tout ce qu'on se tape", a souligné le chef de l'État en précisant que cela coûterait "1,1 milliard", en comptant la revalorisation des pensions des retraités actuels et de leurs conjoints.

"Sur le sujet du stock, c'est-à-dire les retraités actuels, je ne pense pas qu'il faut le mettre dans le système des retraites, mais dans la loi de financement de sécurité sociale, on peut un peu améliorer les choses", avait cependant ajouté Emmanuel Macron.

"Nous demandons également que le futur dispositif de retraite pendant la période de transition soit adapté à tous les statuts agricoles, notamment aux conjoints collaborateurs, qui ne pourraient justifier d'une carrière complète", ont également demandé les cinq syndicats.

Ils "rappellent que cette disposition a été bloquée en 2018 contre la promesse formelle d'être reprise lors de la réforme systémique des retraites. Cet engagement a été pris au nom du gouvernement et du Président, par les ministres Agnès Buzyn et Christophe Castaner devant le Sénat".

Une telle unanimité entre syndicats est rare. Mais c'est tout de même le deuxième accord de la sorte en une semaine puisqu'ils avaient également demandé une loi foncière au gouvernement pour lutter contre l'artificialisation des terres et les accaparements capitalistiques, lors du selon de l'agriculture.

F.B avec AFP