BFM Business

Restauration: "Le pass sanitaire va nous faire perdre 30 à 50% de chiffre d'affaires"

Si Pascal Mousset, représentant des restaurateurs d'Ile-de-France assure que les établissements joueront le jeu du pass sanitaire, il craint l'impact économique de la mise en place de cette mesure.

"On est prêt à jouer le jeu." Le président du GNI Ile-de-France des hôteliers et restaurateurs indépendants assure que les établissements contrôleront les pass sanitaires des clients. A condition que la procédure soit simple.

"Si c'est simplement le contrôle d'un QR Code flashé rouge ou vert, on est prêt à jouer le jeu et à participer à cette lutte contre l'épidémie, explique Pascal Mousset sur BFM Business. Ce qu'on ne veut pas c'est contrôler l'identité des clients et aller traquer les faux pass sanitaires."

Si le représentant des restaurateurs d'Ile-de-France estime que les établissements contrôleront bien les pass, il appréhende l'impact de cette mesure sur l'activité du secteur.

"On est très inquiet sur l'aspect économique, on considère que ça va baisser nos chiffres d'affaires de 30 à 50% suivant les régions. Aujoud'hui, il y a la moitié de la population qui n'a pas le pass sanitaire, qui n'est pas vacciné. Et je ne pense pas que les gens pour aller boire un café, pour aller boire une bière ou une consommation instantanée vont aller faire un test PCR juste pour une consommation qui dure 15 minutes."

Autre sujet d'inquiétude: les hôtels. Alors que les bars et restaurants peuvent bénéficier d'une clientèle locale, les lieux d'hébergements pâtissent du manque de touristes, principalement dans les centres villes boudés cette année par les touristes français.

"A Paris c'est catastrophique. Tous les centres villes sont très touchés, ce sont les épicentres des problèmes économiques, surtout l'hôtellerie. Paris c'est une ville hôtelière, c'est une ville qui accueille le monde entier et aujourd'hui 40% des hôtels parisiens sont fermés au mois de juillet et dans les 15 jours qui viennent on estime que 70% des hôtels parisiens vont refermer faute de réservation."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco