BFM Business

A la découverte du dropshipping

[CONTENU PARTENAIRE] L’activité, qui consiste à vendre sur Internet sans avoir de stock, a parfois mauvaise presse en raison du comportement de certains escrocs. Elle est pourtant totalement légale et permet d’en tirer des revenus complémentaires intéressants. Comment réussir dans le domaine ? Les explications de Frank Houbre, dirigeant de Business Dynamite, société qui propose des formations dans le domaine.

En quoi consiste le dropshipping ?

Le principe est le suivant : il s’agit de vendre sur Internet sans avoir de stock. Quand un client commande un produit sur votre site, vous allez contacter le fournisseur pour qu’il expédie à votre place directement le colis au client. On peut rapprocher cela, toute proportion gardée par ailleurs, d’un distributeur comme Leclerc ou Cora qui vont commercialiser le lait de la ferme d’à côté. Il s’agit donc d’un intermédiaire qui va permettre aux produits d’avoir de la visibilité, de rencontrer le bon marché, et d’apporter une nouvelle offre aux clients.

C’est un marché en progression ?

Avec l’apparition de la crise sanitaire, qui s’est doublée d’une crise économique, de nombreuses personnes ont choisi de se tourner vers des solutions leur permettant de s’assurer un revenu complémentaire afin de sécuriser leur situation financière. C’est pourquoi nous nous trouvons actuellement sur un marché qui connaît une croissance importante. Depuis le coronavirus, le nombre d’inscriptions aux formations que j’ai lancées a quasiment doublé.

Quelques récentes affaires ont pu avoir un retentissement négatif sur le dropshipping. On parle d’escroquerie, de pratiques déloyales. Pourtant le dropshipping est légal…

Le dropshipping est totalement légal. Il s’agit d’une méthode de vente dont, hélas, beaucoup de personnes ternissent l’image par des pratiques douteuses. Il faut en prendre le contrepied et absolument être déclaré, respecter l’ensemble des règles du Code du commerce, la TVA, les douanes, la présence des mentions légales, etc. Il faut surtout ne pas mentir sur la provenance du produit, ses caractéristiques, et ce qu’il va apporter au client. On peut très bien, par exemple, développer une activité de dropshipping avec des produits de qualité d’origine européenne et dynamiser ainsi certaines activités, qui ne parviennent pas à commercialiser leur offre sur Internet.

Votre spécialité est donc la formation au dropshipping. Cet aspect éthique occupe-t-il une place dans le cadre de votre offre ?

Effectivement. J’apprends aux personnes qui font appel à mes services à créer leur propre marque, à améliorer les produits, et à se sourcer en Europe ou auprès de producteurs locaux et d’artisans et participer ainsi à dynamiser l’économie locale. Nos formations sont conformes aux critères Qualiopi. Elles peuvent être financées via le CPF (Compte personnel de formation), Pôle Emploi, ou n’importe quel organisme financeur, dans le but de créer une activité.

Existe-t-il des profils plus susceptibles de réussir dans le domaine ?

C’est bien le cas. On peut penser aux personnes qui ont déjà eu une activité entrepreneuriale ou qui sont de grands travailleurs. Dans le domaine du dropshipping, on ne peut réussir sans travailler énormément ou méthodiquement. Pour réussir, il faut être conscient que l’échec est aussi formateur. C'est en allant au-delà de ces difficultés qu'un entrepreneur atteint ses objectifs. Le grand avantage du dropshipping est que l'investissement est faible. Il faut une connexion internet, un ordinateur et vous pouvez travailler d'où vous voulez. Vous n'avez pas à payer des frais de stockage ni à gérer les expéditions de colis. Afin que chacun puisse évaluer son éventuelle appétence pour cette activité de vente, nous avons créé une formation gratuite de dropshipping sur Shopify.

Quel est le type d’offres qui fonctionne en ce moment ?

On peut citer les produits destinés aux végans, ceux qui facilitent la perte de poids, les compléments alimentaires, mais également cette catégorie qui regroupe les produits étonnants, porteurs d’un effet « Wow ! ». Récemment, je suis tombé sur une sorte de brosse que l’on peut fixer sur n’importe type de perceuse et qui permet, en conséquence, de nettoyer rapidement un four, un barbecue, sans avoir besoin de frotter manuellement.

Quel montant de revenus peut-on tirer d’une activité de dropshipping ?

La moyenne se situe autour de 2 500 euros nets par mois.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

En partenariat avec SCRIBEO